Mon site web pour toutes mes passions : Blog la passion d’écrire (WordPress), photolog la passion des images (Instagram), vlog la passion des vidéos (YouTube)

Mon blog a atteint l’âge de la « maturité », comme le futur nouveau nom de la classe de Terminale ^o^ 18 ans déjà, et tel un Pokémon, mon site web a évolué et changé de formes maintes fois. J’ai eu envie de reprendre la plume du blog pour vous dire que… je reprends la plume du blog !

Tellement passionnée par l’écriture de mon prochain livre et la création de vidéos chaque jour, sans oublier la préparation de mon voyage au Japon imminent, d’illustrations et d’activités sportives, je me suis reposée sur le cross-post pour alimenter mon blog ces derniers temps. Afin de me libérer du temps. Temps que j’ai consacré à créer encore davantage !

Cependant, j’ai envie de revenir à mes premiers amours : réécrire sur mon blog librement avec autant de caractères que besoin, rouvrir les commentaires pour permettre les échanges rédigés, et surtout garder traces de mes pensées #^_^# Car depuis 2015 je me suis investie à fond dans YouTube : une nouvelle vidéo infailliblement chaque jour, bientôt 30000 abonnés, au point de délaisser mes chers réseaux sociaux dont je faisais pourtant l’apologie en 2007 (facebook, your face is your book) et en 2011 (encore plus avec Google+). J’ai repris Instagram tout récemment, en gardant la logique et de cross-post via ifttt et les contraintes inhérentes au multi-plateformes. Mais voilà que pour ma vidéo d’hier sur Yuri on ICE, j’ai testé à nouveau le fait d’écrire au préalable mon script et, tant qu’à faire, le publier sur mon blog, tout en l’ayant déclamé en vidéo. YouTube et mon blog, vidéo et texte, le texte pour la vidéo, la vidéo sans omettre le texte, ça me plaît trop !!

Et dans cet élan, j’ai restructuré les catégories de mon blog, avec l’intention d’y reprendre l’écriture avec joie ^____^ Peut-être pendant mes aventures en voyage, peut-être en parallèle de la création de vidéo, peut-être indépendamment de tout. Du moment que je m’y épanouisse en me sentant libre !

Voilà, c’était un « petit » mot juste pour dire : ただいま – « tadaima« , me revoilà à la maison. J’espère que, pour ceux qui me suivent depuis mes débuts, certaines voix s’élèveront pour dire おかえり – « okaeri« , bon retour à la maison. Et pour ceux qui découvrent mon blog, c’est moi qui vous souhaite : bienvenue chez moi !

Suivez l’actualité de mon blog

Retrouvez-moi aussi sur mes autres réseaux sociaux

wordpress WordPress Blog-Site web
YouTubeYouTube
Facebook
Google+
Twitter
Instagram
Pinterest
tumblr Tumblr

IFTTT : IF trop de réseaux THEN automatiser

Ça faisait longtemps que je n’avais pas écrit sur ce sujet : que faire quand on est addicted à de multiples réseaux sociaux ^o^ Ou plutôt : que faire lorsqu’on veut être efficace.

Le silence et la paix

« Efficace » et « réseaux sociaux » semblent contradictoires. Les centaines de notifications qui émaillent la journée vont à l’encontre de la concentration. C’est pourquoi, se couper des réseaux pour bien avancer est vivifiant, toute la journée, toute la nuit, voire des jours, ou une longue période. Ça fait du bien de ne pas être sans cesse sollicité, laisser sa vie privée être privée, et au revoir les trolls anonymes ^o^;

Le Japonais uploade avant même que le serveur n’ait posé le plat

Et puis, il y a eu les sorties avec des Tôkyôïtes qui… dans l’échelle d’addiction aux réseaux, dépassent tout entendement. Au restaurant, à peine le temps de voir arriver le serveur, remarquer du coin de l’oeil qu’ils ont leur smartphone dans la main, que déjà des photos de leur plat étaient déjà sur facebook. Et de belles photos en plus, bien cadrées, commentées, géolocalisées, bref rien d’oublié. C’est aussi le cas lors d’événements, expos, spectacles, etc. Pour autant, ils sont si rapides qu’il y a tout le loisir de discuter ensemble et de cavaler vers d’autres activités, et ils s’amusent tellement à partager leurs bonnes adresses et bons souvenirs qu’ils m’ont fait retomber dedans !

La Française qui twittait en bord de mer sans regarder la mer

Bien sûr, chaque réseau a ses spécificités, alors hors de question d’activer les re-partages automatiques inter-réseaux. WordPress vers twitter : lien sans image. Instagram vers facebook : impossible de déplacer les images. Twitter vers facebook : même les retweets passent. Facebook vers twitter : mais qui va cliquer pour voir la suite d’un statut tronqué ? Bref, il faut tout faire à la main, c’est plus joli de voir une image et sa légende dans un flux, accessoirement dans un algorithme comme celui de facebook ça priorise son affichage aussi. Mais voilà, par un splendide temps lors d’une balade exceptionnelle en mer émeraude, je vois une amie persévérer à poster sur instagram, facebook et twitter ses photos à peine prises. Et donc regarder principalement son smartphone en marchant. Ça m’a redonné une claque dans l’autre sens.

L’informaticien qui programmait ses articles

Depuis déjà longtemps, un ami me prônait les bienfaits de sites et apps qui, à mes yeux, industrialisaient ce qu’il émettait vers le web. Aujourd’hui, je le vois autrement : des apps qui permettent de se libérer des tâches répétitives. C’est bien l’avantage d’automatiser. Et donc j’ai fini par m’en remettre à ifttt ^o^ Si vous me suivez sur un des réseaux, vous avez pu voir que j’ai un peu tâtonné quant à la source de l’automatisation ^^; Au début, je partais sur instagram, qui re-partageait sur tous les autres. C’était un choix un peu par défaut car instagram ne prend rien en entrée. Mais j’étais bien embêtée car j’aime que tout soit rangé dans les bonnes catégories dans WordPress, dans les bons albums sur facebook. Et il y a eu le réseau de trop : avec l’ouverture de ma chaîne YouTube, les triggers n’étaient plus du tout adaptés ^o^! J’en suis désormais à ce que j’aurais dû faire dès le début : écrire tranquillement sur mon blog, dans la bonne catégorie et avec les bons tags, qui sert de source aux re-partages vers les autres réseaux, et ce jusqu’à Google+, enfin *o* Ça va beaucoup mieux ainsi ^__^ D’ailleurs, même si les blogs semblent dépassés, je crois que ça reste important de toujours avoir son propre site.

ifttt-rosalys

Rosalys YouTube channel, lancement !

Je lance ma chaîne YouTube ヾ(❀╹◡╹)ノ゙

Mes neveux sont tellement à fond sur YouTube que ça m’a donné envie de créer des vidéos pour leur faire découvrir des choses aussi via leur média préféré. Et si, plus largement, ça pouvait intéresser d’autres personnes, j’en serais très heureuse ^_^ J’aimerais partager des petites séquences de voyage au Japon, des events d’anime, des dégustations à tomber, mais aussi des portraits de personnes passionnantes, et bien sûr des backstages d’illustration ! Bref, exactement le joyeux mélange de mes coups de coeur et de ce qui me tient à coeur que je fais déjà sur ce blog, facebook et instagram. J’espère que ce n’est pas trop fastidieux à suivre, mais avoir beaucoup de passions c’est ce qui rend la vie fantastique !

Je lance plusieurs choses depuis mon retour en France, qu’il s’agisse de mon nouveau livre Gourmandises japonaises, mes boutiques de goodies sur Etsy, Society6 et Zazzle, mes goods limités pour les prochains festivals, et maintenant ma chaîne YouTube. Et j’avoue que je ne sais pas trop si chacune de ces idées est vraiment bonne. Je lis souvent chez les personnes que j’aime suivre : « Aimer, c’est partager ». Alors si vous aimez mes nouveautés, n’hésitez pas à cliquer sur « j’aime » ou « partager », je comprendrais alors le message ^___^

rosalys-youtube-channel

Pixiv

FR EN 日本語
Sur les bons conseils de coupine Saeko, je me suis crée un compte sur Pixiv ^.^ Following my friend Saeko’s advice, I created my account on Pixiv ^.^ Pixivにアカウントを作成したばかりです〜

pixiv.me/rosalys

pixiv-home-rosalys

+ networks

tumblr pixivetsy

+ on my blog

← Fan-arts

106-jewelpet-magical-change-larimar-square 105-kancolle-yamato-square wip-13-yamato-kancolle 104-amagi-brilliant-park-latifa-fleuranza-square wip-13-latifa-fleuranza-wacom-cintiq-companion-2-clip-studio-paint

← Events

2015-mangazur-0 saeko-rosalys-square Comiket (Tôkyô, JAPAN): Aug 15, 2014 comiket86-2014 Salon du Livre de Paris (Paris, FRANCE) : 21 Mar 2014

← Publications

etsy-shop-rosalys happy-life-in-japan-1-0-photo-square rosalys-limited-store-1-square goods-tea-square joliecure-photo-square

← Original arts

171-charming-japan_gyoen-square 170-charming-japan_make-up-square IMG_8469 169-charming-japan_tea-square IMG_8238

← Japan

LB-rosalys-4 jlpt-n3-passed-aa-square upper-view-bed-s rosalys-wakayama IMG_0284

Réseaux sociaux – se recentrer sur soi-même, une identité virtuelle unique

Les réseaux sociaux évoluent au gré des besoins des personnes, et moi j’aime évoluer au rythme des évolutions (sans doute trop rapidement parfois ^o^). Cette fois-ci, la décision est simple : je partage mes créations en tant que moi-même. Avec juste mon profil personnel et en public. Que ce soit sur facebook, twitter ou Google+. Ça revient à exactement ce que j’ai toujours fait sur mon blog et sur mon site web : je suis moi-même, et si ce que je fais vous plaît, n’hésitez pas à continuer de suivre ^__^

Facebook page vers facebook profil

En février 2011, facebook donnait des droits humains aux pages business, ce qui a permis de considérer une page artiste comme représentant l’artiste même. J’avais donc détruit mon profil au profit de ma page. En septembre 2011, facebook fait machine arrière et annonce lors du f8 l’ajout d’abonnement aux profils ainsi que Timeline. Parallèlement les apps personnalisant les pages ne sont plus autorisées. L’avantage est clairement redonné aux profils, et de toute façon la seule chose qui me gênait dans le concept du profil est « l’amitié », concept complètement amélioré grâce aux nouveaux abonnements ! Il me fallait juste une excuse pour détruire ma page de 4000 fans au profit de mon profil à 0 ami 0 abonnement, et cette excuse, c’est Google+ :

Google+ profil et pas de Google+ page

Cette semaine, Google a déployé beaucoup d’évolutions importantes pour Google+, et surtout pour Google+ impactant tous les produits Google, notamment son moteur de recherche ! La grande nouveauté est le lancement des pages business. Énormément de pages sont nées instantanément, et bien sûr l’éclosion de pages artistes ne s’est pas fait attendre. Plus besoin de profil « Madonna . » avec un nom de famille douteux, désormais il peut y avoir une page « Coldplay » sans violation du règlement de Google. D’accord pour les stars, dont la page sera gérée par leur maison de disque, ou leur manager, ou que sais-je. Mais lorsqu’on est un humble artiste partageant soi-même ses créations ? Cette fois, pas l’erreur schizo de facebook : je ne créé pas de page car je veux continuer d’échanger en tant que personne dans cette communauté ouverte et respectueuse ^__^

La décision est logique, alors il faut l’appliquer partout impactant son identité virtuelle ! Donc sur facebook, il n’y a plus qu’à réparer l’erreur (Sauf que facebook n’a toujours pas déployé Timeline à tous et que personne n’a compris le concept d’abonnement ^o^;;;;; J’ai reçu plein de demandes d’amitié sur mon profil suite à l’annonce de l’extinction de ma page, méeuuuuh ^^; )

Beaucoup de moyens de communication, une identité unique et une seule source de référence

Comment faire avec un site web, un blog, facebook, twitter, Google+ et plus à gérer ? Je croyais que les plugins étaient de bonnes solutions : émettre principalement sur son blog, avoir les plugins auto-publiant du blog vers les réseaux. Mais ces posts automatiques sont sans âme, l’algorithme mystère de facebook dé-priorise ces posts dans l’affichage de flux, et la miniature est trop petite, le texte d’aperçu insignifiant. Depuis peu, j’applique une autre manière de faire : j’émets toujours en premier sur mon site, puis sur mon blog, ensuite je créé une grande image qui résume tout et je la publie sur les réseaux avec un lien vers mon site ou blog. C’est contraignant, mais en s’organisant bien, ça permet de poster des choses plus visuelles et adaptées à chaque plateforme, tout en gardant une unique source de référence.

Voilà, c’est comme ça que je fais, je ne sais pas si ça intéresse qui que ce soit ^o^ Comme j’écris à chaque révolution qui m’enthousiasme, je ne pouvais passer à côté de celle-ci même si elle paraît moins bruyante.

Et si nous nous disions bonjour ?

Bonjour ! N’hésitez pas à me répondre juste bonjour ^o^ J’aimerais vous connaître un peu plus, vous qui suivez mon blog. Je voudrais savoir si vous êtes humains, si vous lisez, si ce que je dis vous parle. Et si vous laissiez un petit mot ? Salut ! ^__^

Ça vous paraît farfelu ? Pourtant c’est normal entre êtres humains ^o^ Mais sur Internet, sommes-nous entre hommes en société ? J’ai toujours vu Internet comme un moyen de communication, et donc une manière de partager ses passions, de discuter avec d’autres passionnés et de montrer ce que notre passion nous fait créer. À l’époque (en 1999), pour moi, ça a remplacé le téléphone et les lettres (je correspondais intensément !). En fin de compte, c’est un outil vraiment social.

On en arrive à une utilisation logique d’Internet avec la démocratisation des réseaux sociaux. Mais peu à peu, ceux-ci ont fait muer ma manière de communiquer sur le web : twitter fait miniaturiser les textes, facebook incite à ne poster que des photos, parce qu’il est évident que plus personne ne lit O__O J’en viens à calibrer mes articles de blog avec un paragraphe d’introduction inférieur à 250 caractères, car je sais que l’aperçu de l’article sera la seule chose qui sera lue.

Arrive Google+ qui, mine de rien, change beaucoup de choses dans le paysage des réseaux sociaux ! Sur G+, on écrit très long, on lit très long, et c’est ce qui est intéressant : des contenus consistants, de vraies réflexions ou de vraies discussions. J’adore ça, j’adore lire et apprendre plein de choses, j’adore écrire et communiquer avec d’autres personnes !

Et je me demande pourquoi la communauté G+ est si différente des autres. Pourquoi un post sur Google+ disant juste « Bonjour ! » suscite 46 commentaires de discussions variées et sympathiques, tandis que sur facebook un post similaire ne génère que 14 petites phrases ? (et nous verrons ici ce que génère un article de blog ^o^) À cela on me répond (sur G+ évidemment !) que sur facebook on traverse son flux avec paresse, on me répond aussi que sur facebook c’est la face marketting des gens.

Je trouve que les G+iens ont raison, et en même temps je n’ai pas envie que ce soit le cas, je ne veux pas que ce que je fais sur le web se résume à du marketting intéressé, parce que même si ça peut y ressembler c’est surtout du partage que j’aimerais ! Alors, disons-nous bonjour, et discutons un peu ^___^

Google+ : invitations & pourquoi j’aime G+

Invitations à Google+

Puisque G+ est encore en version de test sur invitation, je partage avec vous mes invitations. N’hésitez pas à venir essayer via ce lien !

 

Pour commencer doucement, il y a mon starter guide G+ en français. Voici aussi mon profil G+ pour que l’on se circle ^o^ Et si vous vous demandez pourquoi G+, voici quelques raisons simples :

Pourquoi j’aime Google+

Pourquoi j’aime G+ :
– Participer sans être stalkée pour la moindre activité (≠Facebook)
– Cibler selon le sujet sans flooder tout le monde (≠Twitter)
– Lire du contenu de qualité, bien écrit et réfléchi (majorité de 24-35 ans, majorité des USA, majorité de Google, je ne sais pas à quoi ça tient vraiment)
– Découvrir une communauté créative très prolifique, qui incite à travailler davantage son art (illustration, peinture, photo, développement, etc.)
– Découvrir une communauté fondée sur le partage et la collaboration, un état d’esprit que j’aime énormément (Google power !!)

Pourquoi G+ n’est pas totalement cool :
– 31 Juillet-1 Août, mon compte a été suspendu T__T
– Je suis en vacances dans un endroit paradisiaque et je ne peux m’empêcher de me connecter à G+ dès qu’il y a du wifi, rhaaaaaaa so addicted ^o^ (pour mon salut, dans ce havre de paix, il n’y a d’accès wifi presque nullepart O_o)

Pourquoi je continue d’aimer G+ malgré tout :
– Mon compte a été réactivé (^o^)/
– À peine arrivée en vacances, j’ai vu des posts nearby via G+ sur iPhone indiquant des T-shirts de geek trop marrants à Zara. C’était à 2 pas de là où j’étais, j’ai rendu mon homme heureux avec un T-shirt « I need wi-fi » et un « Add me as friend ». Vivement un « Circle me » ^o^

Google+ : guide pour commencer en douceur et en français

Voici quelques conseils simples pour ceux qui ne lisent que la langue de Molière ^o^ Je trouve que les meilleures ressources sont en anglais, mais je peux comprendre qu’on ne le lise pas forcément. Considérez ceci comme ma manière d’encourager les français à venir et surtout à partager sur G+ !
[ Ceci est la version blog de ce post G+ ]

| Bio | Paramètres | Posts | Cercles | Photos | Partagez | Mobile | Chat | Plus loin |

Complétez votre Bio

  • Nom : votre nom légal, celui qui se trouve sur votre carte d’identité uniquement. Ce ne peut être un pseudonyme, une phrase, une marque ; pour les pages de fans et les pages d’entreprises, des groupes et G+ version business devraient arriver. Remarque : un nom d’artiste n’est pas considéré comme nom légal (edit du 1er août : l’expérience d’avoir son compte suspendu pour cette raison n’a pas été cool, mais j’aime toujours G+, mon compte a d’ailleurs été réactivé dans les 24h)
  • Photo de profil : une image pertinente de vous. Notamment si vous avez des homonymes, cette image permettra de vous identifier rapidement.
  • Profession : courte description de vous-même, apparaîtra dans l’info-bulle au survol de votre photo de profil. Si vous remplissez le champ « Emplois », ce sera le nom de votre entreprise qui apparaîtra dans l’info-bulle.
  • Photos de carnet : 5 images mises en avant sur votre profil. Vous pouvez mettre 5 images distinctes ou vous amuser à couper une image en 5 pour faire un effet.

Paramètres Google+

  • Notifications : cochez ou décochez les notifications par mail ou SMS. Notez que vous avez déjà les notifications dans la barre Google en haut à droite.
  • Confidentialité : gérez la visibilité des onglets et la visibilité de vos contacts sur votre profil. Vous pouvez vérifier la visualisation de votre profil vu par tous les internautes ou par une personne.

Posts

  • Mettre en forme : « *texte entre étoiles* » = texte en gras, « _texte entre underscore_ » = texte en italique, « -texte entre tirets- » = texte barré
  • Mentionner : « @nom » ou « +nom » = mention dynamique d’une personne
  • Quoi de neuf : vous pouvez partager une ou des images (ce peut être un gif animé), des vidéos, des liens, et géolocaliser vos posts.
  • Partager à : choisissez de poster en mode public, à vos cercles, à vos cercles étendus (vos cercles et les cercles de vos cercles), ou à des personnes en particulier.

Cercles

  • Mode public : selon la confidentialité des profils, ceux-ci ont du contenu public. Vous pouvez voir et interagir avec une personne sans notion de cercle.
  • Ajouter une personne à vos cercles : vous souhaitez suivre ce que poste cette personne, alors n’hésitez pas à l’ajouter !
  • Être ajouté aux cercles d’une personne : rien ne vous oblige à l’ajouter à votre tour, mais c’est l’occasion de visiter son profil et de voir si ce qu’elle poste vous intéresse.
  • Cercle de suivi : une manière d’ordonner votre flux est de créer des cercles selon les personnes que vous voulez suivre. Vous pourrez suivre plus intensément ces cercles au quotidien.
  • Cercles de partage : vous avez plusieurs passions mais tous vos contacts n’ont pas les mêmes centres d’intérêt. Ciblez ce que vous partagez aux bonnes personnes en créant des cercles selon ce que vos contacts veulent suivre.
  • À l’extérieur : Vous pouvez suivre ce que vous partagent les personnes qui vous ont ajouté à leurs cercles et que vous n’avez pas ajouté aux vôtres.

Photos

  • Ajouter des photos : faites-le toujours depuis votre profil G+ via le bouton « Ajouter des photos » dans votre onglet « Photos » pour qu’un post soit généré
  • Ajouter des photos à un album existant et le partager en tant que post G+ : je vous l’explique avec des captures d’écran → ici
  • Gérer les albums : les photos G+ sont gérées dans Picasa. Dans la barre Google en haut à gauche, cliquez sur « Photos » qui vous amène à vos albums dans Picasa. Vous pouvez changer le nom de vos albums, leur couverture et l’ordre des images.
  • Partager un album : dans Picasa, dans l’album de votre choix, cliquez sur le bouton « Partager » pour créer un post G+ avec un aperçu des premières images de l’album
  • Confidentialité des images : vérifiez bien les paramètres de votre compte Picasa. Tous droits réservés ou réutilisable, permission de télécharger et d’en faire des prints ou non, géolocalisation ou non.

Partagez

  • +1 : Vous approuvez un post, signifiez-le en cliquant sur le bouton +1
  • Commentaire : Vous avez un avis sur un post, écrivez-le en commentaire
  • Partager : Vous approuvez et vous jugez un post utile, n’hésitez pas à le partager ! Faites découvrir des ressources, montrez des choses que vous avez aimé, ouvrez vos contacts sur ce qui vous touche !

Mobile

Chat et Vidéo-bulle

  • Chat : invitez une personne à être dans votre liste pouvant chatter avec vous. Ensuite vous pourrez chatter avec en texte mais aussi en vidéo.
  • Vidéo-bulle : chat vidéo pouvant aller jusqu’à 10 utilisateurs simultanés. Parallèlement vous pourrez aussi chatter en texte et visionner des vidéos YouTube. Votre vidéo-bulle peut être publique ou limitée à des cercles ou des personnes.

Pour aller plus loin
Lisez les posts en anglais, utilisez Google Translate au besoin ^o^ Je vous conseille ces posts :

Et aussi sur mon blog :

Sur G+ :

  • Si vous avez d’autres interrogations, posez vos questions en commentaire de mon post G+
  • N’hésitez pas à partager ce post s’il peut être utile à vos amis (^∇^)

Une artiste de plus en plus Google+

Fin Juin 2011, Google+ s’ouvre au monde en version bêta sur invitation.

Encore un réseau…

1 semaine plus tard, j’accepte une invitation à ce nouveau réseau social, et c’est sur Twitter que j’exprime mon scepticisme (´・_・`)

Et encore 1 semaine plus tard, sur Facebook je manifeste mon enthousiasme (*゚▽゚*)

Que m’est-il arrivé ?

Sur G+, je fais des minitutoriaux pour aider des artistes à utiliser G+ ( ´ ▽ ` )ノ

Je créé des cercles de partage par catégorie de passion, pour partager davantage que mes illustrations, et cela à ceux que ça intéresse sans flooder les autres ♪( ´θ`)ノ

Je lance une bonne habitude, que j’ai appelé « Thankful Sunday », pour remercier des utilisateurs de ce qu’ils partagent ( ´▽`)

J’utilisais peu les produits Google et désormais j’utilise à fond Picasa, Chrome, Places, Images, etc. Je suis même allée tester une Samsung Galaxy tab pour voir G+ tourner sous Android (≧▽≦)

Petit guide tout simple partagé par Tom (notre ami de MySpace), résultat je sais déjà tout sur G+ O_O

+1 !

Et voilà comment en un peu plus de 2 semaines je suis devenue Google addicted ^o^!! Chez moi, Firefox n’aura pas résisté, mes comptes Twitter et Facebook sont déjà en mode minimalistes, l’iPad tient bon, mon site web vit sans rien craindre depuis 1999, mon blog est prêt à muer comme il le fait depuis 2002.

On arrive à fin Juillet, donc c’est bientôt l’ouverture publique de Google+ ! En moins d’1 mois il y a déjà 20 millions d’utilisateurs de par le monde *_* J’ai hâte qu’il y ait davantage d’artistes, de français, de gens qui arrivent !! Et bien sûr, si vous y êtes, n’hésitez pas à m’ajouter à vos cercles ^_~

Voir aussi

Réseaux sociaux – se recentrer malgré la démultiplication d’identités

Autrefois, surfer sur le web, c’était baigner dans la liberté. Être internaute, c’était être (presque) anonyme. Aujourd’hui, pour suivre les grandes vagues, chacun s’est créé son compte sur les multiples réseaux, chacun met donc à disposition son profil multiplié par autant de cercles qu’il a envie de fréquenter. Outre l’effet dévoreur de temps libre que cela implique, il y a de quoi s’y perdre !

J’avais entamé ce qui est restructuration pour centrer toutes mes illustrations sur mon site. J’avais auparavant décidé de centrer tout ce qui est réseau social sur facebook. Or il me restait un élément de schizophrénie à éradiquer : la double utilisation du profil et de la page facebook. Ce qui est beau, c’est que c’est facebook lui-même qui m’aura apporté la solution, via les améliorations mises en place depuis hier ^o^ En fait je tenais les propos suivant à une amie qui hésitait à renommer sa page en son nom d’artiste (car je parle bien de page pour utilisation artistique individuelle) :

En permettant aux pages de commenter, je trouve que les pages deviennent des êtres pensants plus que des bots. Du coup je trouve ça logique que les pages représentant des personnes deviennent les personnes.

C’était alors évident : le profil de l’artiste n’est plus utile puisque la page de l’artiste devient l’artiste ! (C’en serait presque métaphysique si ce n’était pas si bête ^o^) Ainsi, dorénavant, sur feu mon profil, il ne reste plus que cet affichage :

Ça fait tout drôle de le fermer, car j’ai mon profil facebook depuis 2007 pour y partager mes travaux en illustration. J’y ai mis plein de choses et surtout fait de belles rencontres, notamment des propositions de publications et d’expositions m’ont été faites par ce site. Cependant, une fois arrivée au nombre maximal d’amis en 2010, je voyais bien que je n’arrivais pas à suivre les 5000 personnes comme le ferait un ami qui soit vrai… C’est donc sans regret qu’à présent mon profil a 0 « ami », que j’interagis avec d’autres artistes que j’aime en tant qu’artiste, et que je partage mon travail uniquement pour ceux qui aiment ce que je fais, sur ma page artiste :

Oui, tout ce fromage pour juste ça ! Promis, mon prochain article sera illustré, fleuri et plein de vraies bonnes nouvelles ^o^!!

Réseaux sociaux pour diffuser ses illustrations – Les 10 sites que j’utilise

Voici mon article annuel sur les réseaux sociaux ! Mine de rien j’en écris un par an depuis 2007, et pourtant je suis aussi régulière que constamment sceptique ^_^;

Dernièrement, je n’arrivais plus à suivre qui que ce soit sur ces plateformes, ce qui m’ennuyait beaucoup car j’adore découvrir des artistes et suivre leur évolution. J’ai donc voulu tout recentrer. Simultanément, je suis tombée sur un article de 20 minutes qui a eu pour conséquence… de me faire m’éparpiller davantage ! Petit bilan de mes explorations et utilisations :

  • Mes sites :

Mon blog Lumière d’horizon : Quoi qu’il arrive, ce dont je m’occupe le plus, c’est mon blog. Il faut une unique source d’informations, et pour moi c’est ici ^_^ J’essaie d’écrire au moins 2 articles par semaine, pour montrer mes nouvelles illustrations mais aussi pour rédiger davantage sur mes intentions créatives, mes souvenirs de festivals et mes encouragements pour les artistes en herbe. Bien sûr, ce blog a un flux RSS complet, c’est d’ailleurs via ces flux que je peux suivre le mieux les activités des autres artistes que j’apprécie.

Mon site CuteLand : Ma galerie, ma chère petite galerie active depuis 1999, que j’espère ne pas abandonner de si tôt ! C’est là qu’il y a toutes mes illustrations, les plus anciennes mais aussi les plus récentes. Car, si sur mon blog et ailleurs j’étale les moments où montrer mes nouveaux travaux, sur CuteLand tout y est dès que l’illustration est créée.

  • Les incontournables :

Facebook : C’est sur ce site que j’ai voulu recentrer tous mes contacts hors blogs, mais j’ai envie de suivre l’activité de tellement d’artistes doués que c’est difficile ^^; Toujours est-il que c’est sur ce seul réseau que je publie assidument à présent. Sur ma page artiste, je mets mes dernières illustrations, ce qui permet aux fans de les partager avec leurs amis. Mes miss zodiaque par exemple se sont promenés selon les anniversaires des gens, ça me fait plaisir qu’ils soient utilisés !

Twitter : J’ai déjà du mal à suivre tout ce qui est publié sur Facebook, alors j’ai arrêté de suivre les tweets sur Twitter, où le flood est plus important. Toutefois, j’y publie toujours des petits statuts lors de moments qui me sont particuliers, des sujets dont je ne parlerais sur mon blog qu’après officialisation. Dernièrement c’était de l’instantané sur mes tests pour éditeur, la joie qu’ils aient plu et partent à Francfort, puis mes peintures pour une galerie d’art contemporain et mes signatures de contrat !

  • Les old school :

MySpace : Une fois de temps en temps, j’essaie de mettre à jour au moins le contenu statique de mon espace, pour qu’il reflète l’état d’esprit de mes dernières créations. Sinon, mon profil vit uniquement grâce à l’import de mes tweets ^o^;;;

Tumblr : Je n’ai jamais saisi le potentiel de ce site. Apparemment, ce serait la facilité de publier à partir de mobile et le partage en cascade. Ce site n’est pas « old school » mais je n’y ai tellement rien vu que je l’ai mis avec MySpace ^o^ Bref, je ne l’utilise plus ^^;

  • Les spécialisés :

Artistique : DeviantArt, La lanterne rouge, etc. Ces sites sont vraiment bien lorsqu’on aime l’art visuel, car ce qui y est publié est essentiellement de l’image. Allez savoir pourquoi, je n’arrive pas du tout à y être assidue ! Sur DeviantArt notamment, il y a tellement d’artistes talentueux internationalement que j’en « watch » beaucoup. Ensuite, j’ai 10000 mises à jour à consulter quotidiennement et… que je ne consulte pas ^^;

Blogging : HelloCoton, BlogBang, etc. : J’adore le principe de ces sites, créant des communautés autour des blogueurs. Cela dit, je n’y participe pas vraiment sauf en laissant faire l’import des articles de mon blog ^o^;;;

CV : Viadeo, LinkedIn, etc. : Normalement, je déteste ce genre de site, j’y vois la virtualisation du moule social pétri de réussite scolaire et de contacts intéressés. Mais je suis curieuse, et quand l’article de 20 minutes en parle, je vais jeter un coup d’œil ^o^ Bref, je trouve ces sites bien conçus pour l’utilisation qui en est faite, c’est impressionnant de voir le nombre de personne qu’on peut connaître à différents degrés, cela dit après test je ne les utilise plus.

  • Encore d’autres :

Il y en a trop, en vérité je n’en utilise pas 10 activement, qui pourrait le faire tout en ayant une vie, en travaillant, en créant, en cultivant son imaginaire, en se ressourçant, etc. ? Qu’utilisez-vous au quotidien ? Je me demande si l’année prochaine j’aurais encore des choses à dire sur les réseaux web… On verra ^_~

Je ne réseaute pas, j’aime juste les réseaux

Un petit point « nouvelles technologies », ou plutôt « social networks », 6 mois après avoir commencé à les effleurer.

Je suis toujours la même, je n’aime pas le corporatisme, tout le monde devrait arriver sur le marché sur un pied d’égalité, si vous trimez pour acquérir des compétences vous devriez rivaliser avec ceux qui ont 42 pistons. Alors les réseaux de l’école superchose et autres, non. Donc initialement, Facebook, supernon. Et puis entretenir des relations sociales par intérêt, peaufiner l’image de son personnage public, carrément non !

Non… mais voilà, logiciellement, internetement, les réseaux sociaux informatisés, c’est supermarrant une fois détournés ! Un facebook dont on a réduit le traçage et simplement utilisé pour afficher ses dernières créations comme sur un portfolio, se tenir au courant des festivals à venir, ou comme outil de micro-blogging, ça revient à avoir un site web sympa hébergé ailleurs et dont le développement est fait par d’autres. Et le côté liste d’amis et flux RSS listant leurs actualités, ça revient à avoir un agrégateur sur le contenu de ses artistes préférés. D’accord, c’est l’utilisation spécifique que j’en fais, qui n’est évidemment pas généralisable, d’autres l’utiliseraient pour stalker ou autres mais je n’écris que mon point de vue.

Bref, les réseaux sur le web, j’adore ^o^ Ca ne se paramètre pas plus difficilement qu’un profil de forum, ça fonctionne bien et ça évolue, ça propose même de jolis layouts comme le fait MySpace 2.0 (ah les montées en version, que du bonheur !). Ca ferait presque vaciller ma constante qui est d’avoir un site perso codé maison ou un blog sur lequel j’ai au moins total contrôle sur la base de données. Mais avant de remettre vraiment en cause la forme de mon blog, j’attends de voir Google wave, je suis curieuse de voir l’évolution de nos multiples outils de communication de plus en plus réunis en une solution.

Donc, pour l’instant, je fais joujous avec Facebook et MySpace, ainsi qu’avec Twitter, et même Ping.fm qui permet de cross-poster simultanément sur Twitter, MySpace et Facebook ^o^ Je teste volontiers des réseaux naissants, comme HelloCoton spécialisé féminin ou Otakool spécialisé otaku. Je constate qu’on créé de plus en plus un réseau lorsqu’on créé son nouveau site web. Et ça me fait chaud au coeur que mes articles de blog soient sollicités pour un magazine d’information, avant de constater que la structure du site web est celui d’un réseau social. Le plus simple, pour me suivre parmi l’océan de réseaux avec lesquels je m’amuse, c’est Twitter ^^

Petite anecdote dessus : mettre doucement les pieds dans le micro-blogging simultanément avec l’acquisition d’un iPhone, c’est sombrer dans les abysses de la twitter sphere trèèès vite ! Après quelques milliers de tweets, postés bien sûr depuis n’importe quel endroit où il y a le wifi ou la 3G (en somme, partout pour une citadine comme moi), j’ai beaucoup ri devant cette vidéo et entamé ma désintox ^o^ Mon nouveau et actuel compte Twitter aura pris son temps pour se trouver au cours de cette cure, entre la froide abstention de tweets et l’envie de partager les sorties culturelles que j’affectionne ! Je pense avoir trouvé l’équilibre entre l’impersonnel et le flood, c’est tout simplement faire comme je le fais sur mon blog : écrire mon point de vue ^_^

Article connexe :

Your face is your book

Un jour, j’entends « nouvelles technologies » pour parler des moyens de communication partagés que sont les blogs et les communautés web. Pour la bientôt ex-développeuse informatique que je suis, « nouvelles technologies » sert à parler d’AJAX, framework .Net, etc., et certainement pas de MySpace !! Une fois passé ce conflit de langage, je me tiens au courant de la mise à jour d’un cours sur ces « nouvelles technologies », et bien sûr le gros investissement de Microsoft dans FaceBook amène à intégrer cela aux cours à destination d’élèves d’école d’ingénieurs XD

Je vous épargne tout ce que j’ai à dire de virulant sur le marché caché et les réseaux sociaux qu’informatise FaceBook. Partons simplement à la découverte de Facebook en tant que dessinateur.

Une contrainte de Facebook est de saisir son vrai nom et prénom; pas de nom d’artiste, pas de pseudonyme accepté. Soit. Alice S. vient découvrir ce petit monde. Bonne utilisation du DHTML, bonne utilisation des flux, la technique au service de la communication, c’est bien ^_^ La force de Facebook est la grande flexibilité de la page de profil via l’ajout d’applications. Pour montrer ses dessins et dessiner en direct, il y a notamment les applications Slideshows et Graffiti qui sont sympathiques ^^

Et puis je découvre qu’il y a une gestion de page pour artiste !! Allons-y, Rosalys vient découvrir ce petit monde. L’idée serait de clore le profil d’Alice S. et faire vivre la page artiste de Rosalys, ce qui rendrait bien plus cohérent l’ajout d' »amis » et la divulgation de données personnelles ou artistiques. Mais horreur : les applications ne peuvent pas tous s’ajouter sur la page, la plus grande partie permet d’avoir la div dans sa page d’artiste mais la mise à jour des données se fait sur le profil !

Bref, je reste perplexe devant les possibilités et les contraintes de Facebook. Je crois que deviantArt et MySpace restent des communautés plus appropriées pour les dessinateurs. Après il faut avoir du temps à consacrer à la participation à ces communautés. Voilà pour le petit tour d’horizon de « nouvelles technologies » de mon point de vue !! ^o^