Talk & workshop à Tôkyô : transmettre via l’illustration, un chemin de vie

Que pourriez-vous apprendre à des Tôkyôïtes cultivés et toujours dans une curiosité dynamique ? Qu’est-ce qu’une artiste française pourrait offrir à une population dont la culture l’inspire ? Puisqu’on me l’a demandé, j’ai cherché à répondre de manière authentique et interactive, via un exposé couplé à un atelier de dessin. C’était donc ma première intervention artistique totalement en japonais pour un public japonais ^^ Je vous partage cette expérience de mon regard d’occident :

Atelier de dessin, le talent des japonais

LB-rosalys-2

Comme je m’y attendais, les participants n’ont eu aucun mal à prendre crayons et Faber Castell pour coucher sur shikishi leur image. D’ordinaire, en atelier, je propose des repères et tout le monde suit mes instructions. Ici la capacité à créer était libérée !

Transmettre ses sentiments, la timidité des Japonais

LB-rosalys-1
Là où l’on m’a demandé le plus d’aide, c’est pour trouver quoi exprimer. Un des participants expliquait : “Quand on nous demande d’exprimer nos émotions, c’est dur à faire sortir. C’est notre spécificité de Japonais !”. Il faut dire que je demandais gros : transmettre un message envers soi-même, envers les participants, ou envers le monde. Il leur fallait s’ouvrir, pour moi c’est devenu un geste naturel mais c’est vrai que ça ne l’est pas d’emblée ; je suis heureuse de les avoir aidé à accomplir cela.

Faire de sa vie ce pour quoi on est doué, le désir des japonais

LB-rosalys-3
Après l’intervention, j’ai eu droit à divers feedbacks, de visu, en message ou en chocolat, et même une chaleureuse Thank you card ! Ce qui les a le plus marqués : l’histoire de mon livre Fraisie, la magie de la pâtisserie. L’importance que je place dans son propre courage, devenant sa propre magie pour réaliser ses idéaux. Une participante a dit que ça lui a donné rêve et espoir, un autre que j’étais comme Eternal SailorMoon. Quels fantastiques cadeaux m’ont-ils fait ;___;

Animer tout en japonais pour des japonais

LB-rosalys-4
Cette intervention a nécessité beaucoup de préparation, évidemment parce qu’elle était intégralement dans une langue que j’apprends encore, mais pas seulement. Je projetais des images en connivence avec mes propos, il fallait que ces images soient culturellement compréhensibles pour des Japonais. Ça a demandé un effort de documentation de plus mais le résultat était là, durant tout l’exposé ils étaient attentifs et ont beaucoup ri. J’étais surtout soucieuse de leur apporter du nouveau contenu, quelque chose qu’ils ne savent pas déjà alors qu’ils sont tellement sérieux et connaisseurs dans divers domaines. Leur montrer mon chemin et mes rêves me paraissait peu mais finalement je crois que c’est ce que j’avais de mieux à offrir. Encore mille mercis aux participants de cet atelier pour leur vif intérêt, vous êtes un public formidable !

Voir aussi sur ce blog