Go go Samurai Sentai ! Power Shinkenger forever !

J’ai un neveu et une nièce de 7 ans, et un neveu de 4 ans, que j’adore et qui adorent les mêmes choses que leur tata gâteau ^o^ Dernière passion partagée : le Super Sentai ! Même si c’est via Power Rangers, je suis contente qu’en tant qu’enfants de cette génération ils aiment le Super Sentai. Sauf que là, je ne peux pas ne pas leur expliquer et leur partager la source japonaise O_O Go go vers la découverte de l’importation et des adaptations refaites en occident !

Alors hum ce n’était vraiment pas simple ^^;;; Expliquer que Naruto vient du Japon (bien que blond aux yeux bleus) est une chose, mais expliquer que Power Rangers Samurai reprend les scènes de combats de Samurai Sentai Shinkenger en retournant les scènes où l’on voit le visage des acteurs… C’est se confronter à des “Pourquoi ?” et tenter de répondre en restant neutre. Car mes neveux sont comme moi, avec des traits purement asiatiques, dans un monde occidental, et qu’il faudra qu’ils arrivent à bien le vivre. Alors je ne peux pas cruellement annoncer “Parce que les occidentaux ont besoin d’avoir des héros occidentaux”, je tente “Parce que les américains veulent montrer la mixité de leur pays”.

Ensuite j’insiste sur l’importance du thème de la série, le bushidô, la voie du samouraï. Je leur montre l’épisode 1 de Shinkenger, où l’on voit Shinken Red vouloir faire cavalier seul alors que ses compagnons accourrent en abandonnant leur vie normale. Ça permet à mes neveux de voir un peu plus la profondeur et les conséquences de la mission des Shinkengers, tandis que Power Rangers Samurai démarrait directement à l’épisode 3 sans préambule.

Je leur explique toutes les appellations en Shinken+ “mot”, ce qu’est le Shodophone (uh le Morpher samuraizer américain ne se transforme pas en pinceau O_o), pourquoi calligraphier le caractère “grand” avec le shodophone fait s’agrandir les origami en robots géants, le shamisen tragique de Daiyuu (qui est devenu un harmonium d’amour O_ooo), etc. Enfin, les détails auxquels on ne pense pas : “C’est quoi là ?” – “Baaaah… c’est les sponsors japonais, c’est… rien dans l’histoire” ^o^

Ce qui est drôle, c’est que moi, à leur âge, je me posais beaucoup de questions sur mes origines et je remarquais vite ce qui provenait d’Asie. Mais mes neveux sont plus paisibles de ce côté là. Quand je leur offre un livre jeunesse chinois en indiquant que c’est leur pays d’origine, un gros point d’interrogation plane. Quand je demande à ma nièce si elle comprend quand sa mamie lui parle en laotien, elle répond qu’elle devine en gros via le contexte sans chercher à apprendre la langue familiale. Quand je leur offre des toupies Beyblade japonaises, ils se demandent si ce sont des vraies puisqu’ils ne les ont pas encore vues dans la diffusion française. Ça doit être bien d’avoir accès facilement à la TV à ces histoires doublées en français, de considérer tout le monde comme français en toute simplicité.

En tout cas, mes neveux auront découvert une facette de l’industrie culturelle mondialisée. Et tant que tout ça les distrait et les intéresse, c’est bien l’essentiel ^_^