Devenir illustrateur – Ayez une attitude positive et optimiste


“Lien généreux” – extrait

Mon planning 2010 est aussi dense que j’aimerais une année 2011 plus zen. Aussi ai-je commencé par m’octroyer quelques jours de retrait artistique, pour me recentrer sur ce que j’aime vraiment faire : écrire des histoires qui ont du sens, dessiner pour exprimer des sentiments sincères, bref créer ! Ce calme m’a rappelé mes véritables envies et projets personnels-professionnels : créer des œuvres authentiques, m’accomplir en m’investissant toute entière dans ce qui me passionne, et que cela donne du courage à ceux qui en ont besoin.

Pendant mon retrait, j’ai aussi réfléchi à ce qui, malgré mes encouragements, faisait pencher la balance chez des jeunes artistes en herbe pour le plan Raison plutôt que pour l’objectif de vie Passion. Voir les commentaires sur mes articles “Orientation scolaire et débouchés” et “Le goût du dessin” . Dernièrement, j’ai appris qu’une jeune fille venue à une de mes expositions a fini par choisir des études d’anglais alors qu’elle m’a affirmé rêver de dessiner comme moi. Cela m’a attristé, en grande partie car j’ai senti l’absence de soutien de la part de ses parents, eux qui m’ont dit devant elle qu’elle ne saurait soit-disant pas se vendre comme je le fais. Est-ce à cause de ça qu’il faudrait abandonner ses rêves ?

Voici ce que j’ai mis en pause pendant mon retrait artistique : la négociation de contrats, l’appréhension de nouveaux projets, la promotion sur les réseaux. Et je reprends tout aujourd’hui, doucement, car cela fait partie du métier. Il faut savoir faire tout cela lorsqu’on choisit de travailler en indépendant, cependant, d’une part il n’est pas nécessaire de choisir le freelance, d’autre part il n’est impossible à personne d’apprendre à gérer ces aspects. Je peux avancer ce dernier point car le papa qui me prenait en exemple quant à savoir se vendre n’a pas constaté que je suis une personne très timide, menant une vie modeste et ayant un diplôme pas du tout dans son domaine d’activité. Je n’ai rien d’enviable, rien de plus que la fille de ce père inquiet. Je n’ai pas commencé avec toutes les prédispositions, j’ai commencé parce que je l’ai voulu de tout mon être, et je continue parce que je persévère. Jeunes artistes, ayez le courage de vivre; parents, laissez vos enfants apprendre à vivre !

Ces dernières semaines, j’ai aussi beaucoup lu, notamment des ouvrages sur la pensée chinoise depuis l’Antiquité. Même si vous n’avez pas forcément comme moi des origines chinoises, j’ai envie de citer quelques passages qui pourraient vous éclairer :

“Cultivons notre être pour devenir la meilleure version possible de ce que nous sommes. (…) Si nous parvenons pleinement à apprécier nos limites, à parler et à agir avec circonspection, à pénétrer notre quotidien de l’esprit confucéen de courtoisie et d’honneur, à développer notre corps et notre intellect, beaucoup moins de choses nous gêneront, et nous finirons par comprendre comment être une bonne personne et comment affronter au mieux le monde. (…) Si nous avons une attitude positive et optimiste, et une juste compréhension des limites des relations humaines, nous pouvons devenir le genre de personne qui, tel un soleil, diffuse le bonheur et le réconfort sur sa famille, sur ses amis et, en fin de compte, sur la société toute entière.”
Yu Dan, Le bonheur selon Confucius

Voilà ce que j’aimerais que ceux qui ont tout le potentiel et plus qu’un choix à faire prennent en compte. Voilà ce que j’aimerais répondre au récent commentaire de Jess sur son choix de carrière. Mais quoi qu’il arrive, jeunes artistes en devenir, vous restez maître de vos choix. J’aimerais être pour vous celui que Confucius appelle “l’ami droit, c’est-à-dire franc, honnête et juste. (…) Il vous donnera du courage quand vous serez timoré, de la décision et de la résolution quand vous serez hésitant.” Mais je ne peux l’être au-delà du possible, d’ailleurs Confucius dit aussi : “Avertis tes amis avec franchise et conseille-les avec douceur. S’ils n’approuvent pas tes avis, arrête, plutôt que de risquer un affront.” Alors je ne peux en dire plus, j’espère cela dit que vous prenez de bonnes résolutions pour 2011 et pour votre avenir ! De mon côté, je tâcherais de créer des projets qui me ressemblent, résolument positifs !!

15 thoughts on “Devenir illustrateur – Ayez une attitude positive et optimiste

  1. Cet article est parlant sur la manière de fonctionner de la société. Cela est vrai aussi dans beaucoup d’autres domaines, pas uniquement dans le domaine artistique.

    Cela arrive souvent que les parents fassent des projets pour leurs enfants. J’ai souvent entendu sire “Mon fils (ou ma fille) veut faire ce métier, mais je suis sûr qu’il peut faire mieux”. Mais que signifie faire mieux, exercer un métier où on gagne plus d’argent ? Ce n’est pas l’objectif que l’on a dans la vie. Le travail prends beaucoup trop de temps pour le choisir avec ce critère. Il faut choisir son métier avec ce que l’on aime faire. Si on ne peut pas s’épanouir avec son travail, on arrivera difficilement à s’épanouir dans sa vie personnelle, et il ne faut pas perdre de vue cette notion.

    Certes, il existe même des activités qui ne sont pas rentables du tout, et pourtant il y a des personnes qui se lancent dans ces activités. Cela vaut le coup de se poser la question : Pourquoi un tel choix ? La réponse me semble évidente, pour le plaisir de faire cette activité. Si en plus on est soutenu dans cette décision, alors on pourra s’épanouir pleinement.

    Je suis d’accord avec ce que tu dis, mais dans les faits, le choix du métier en fonction de ce que tu aimes se fait souvent dans un second temps. On commence dans la vie avec la route que les autres tracent pour nous, et ensuite on suit sont propre chemin pour ceux qui osent.

    Like

  2. Je suis heureuse d’apporter cette dose d’optimisme, et surtout que vous l’accueilliez !

    MissGeorgette, v@ness@, j’espère que vous avancerez sur le chemin qui est le vôtre. Rien n’est facile, mais la vie vaut la peine d’être vécue à fond ! N’oubliez pas de profiter du chemin aussi, et n’hésitez pas à venir donner des nouvelles ici. Je suis de tout cœur avec vous !!

    Like

  3. Ton post me parle particulièrement, car comme cette jeune fille que tu as rencontré et qui s’est détinée à des études d’anglais, j’étais passionnée de dessin, mais n’ayant pas eu suffisament de courage pour m’imposer vis à vis de ma famille, je n’ai aujourd’hui que des regrêts…Je soushaite plus que tout aujourd’hui dessiner et je cherche activement une formation. Mais ce n’est pas facile quand on a plus de 30 ans, le réveil est difficile, mais il parrait que le bonheur ne dépend pas de ce qu’on est ou de ce que l’on possède, mais uniquement de notre façon de penser…Merci pour cette dose d’optimisme!

    Like

  4. ce que vous écrivez me touche beaucoup : je suis passionée par le dessin depuis que je suis petite, et fortement découragée par mes parents, me voilà bibliothécaire depuis 4 ans (et donc malheureuse comme les pierres). Ne le supportant plus, je vais tâcher de (re)trouver ma voie.

    Merci pour cette dose d’optimisme
    C’est très encourageant !

    Like

  5. Mature dans la tête mais pas dans les gestes ^^ J’agis encore comme une enfant. Mais je ne me plains pas, je suis bien comme je suis et c’est l’essentiel =)

    Pour en venir à ce que dit Daihaa, c’est vrai que je n’ai pas encore découvert la “loi du marché et les conditions de l’artiste”, je suis donc contente de savoir tout de suite, que ce ne sera pas facile. Cela va me permettre de mieux me préparer et de mieux m’accrocher pour avoir une chance d’entrer dans le monde de l’art =) Je pense qu’il est important de savoir dans quoi on se lance avant pour ne pas être trop pris au dépourvu par la suite et savoir comment réagir ensuite. Pour avoir un plan B en réserve, quoi ^^ Mais découvrir ce monde en gardant notre sensibilité et notre personnalité risque d’être un vrai défi, même si ça paraît facile à vue d’oeil (et c’est parceque ça à l’air si facile que ça doit être difficile d’ailleurs).

    Daihaa, c’est vrai que malgré tout ce qui t’est arrivé, tu as su restée optimiste et je trouve ça aussi génial ! De plus, tu as trouvé la volonté et la détermination pour continuer malgré toutes les claques que tu te prenais et je reste assez admirative !

    Pour ce qu’à dit Gibie, je suis tout à fait d’accord avec elle ! Il y a les chemins des écoles d’arts pour la BD, les chemins des écoles d’un autre style d’art, et puis on peu choisir un chemin totalement différent et se reconvertir… Et pleins d’autres d’ailleurs ! Mais quoique l’on fasse, de toute façon, aucun chemin n’est plus facile et plus simple d’accès que les autres. Mais si l’on croit à ses rêves et qu’on se donne les moyens de l’atteindre, rien n’est impossible ^^

    Hmm… Encore une tartine ! J’aime m’étaler sur ce sujet, surtout lorsque j’ai l’occasion d’en parler avec d’autres passionnés d’art =D

    Like

  6. ha et j’ai pas tout écris tu sais XD (je laisse le reste
    pour un roman mdr). Plus sérieusement il faut qu’on en apprenne
    plus sur le coté business, tout en gardant notre sensibilité et
    notre personnalité :). Je suis certaine que l’avenir te réserve de
    belles choses ;).

    Like

  7. Jo Wana > C’est exactement ça, on ne peut pas déjà savoir tout faire si on nous en protège sous prétexte qu’on ne sait pas y faire. Et je suis comme toi : tant que je ne suis pas parent, c’est ce que je dis ^o^ Mais j’espère bien qu’il y a des parents pour penser comme nous malgré tout

    Jess > Je suis ravie de ce que tu écris : cela montre à quel point tu es déjà si mature et cela présage un bel épanouissement ! Je suis vraiment contente, j’ai hâte de voir ton évolution dans la vie ^__^

    Gibie > Oui tu as raison, il n’y a pas qu’un seul chemin. Je trouve ça bien qu’il y ait des modèles de persévérence comme toi pour montrer qu’on peut y arriver !

    Daihaa > Nous avons donc été confrontées aux mêmes déceptions et j’ai l’impression que l’on va de l’avant de la même façon. Je trouve aussi que la loi du marché et la condition de l’artiste sont durs et éreintants, comme toi je ne demande qu’à partager humblement mes créations et je me prends des grosses claques. Mais je me dis qu’il faut persévérer en positivant, peut-être choisir de travailler différemment aussi, pour trouver le chemin qui nous convient. Cet article est aussi une promesse de rester moi-même et optimiste dans ce monde difficile, je trouve ça super que tu le sois aussi malgré tout ce qui t’est arrivé (inadmissible tout ce qu’on t’a fait au passage >__<)

    Like

  8. J’aime beaucoup ta façon de penser optimiste et positif. On devrait toujours essayer de se ressourcer dans cette optique quand notre envie de créer et au plus bas.

    Pour les choix professionnels, si tu permet je rajouterai une quote que je pense être très importante. Le choix professionnel n’est pas la chose la plus importante dans la vie. Certes tu peux te retrouver à accepter un boulot qui ne te convient pas et cela peut engendrer des conflits et désaccord avec tes réelles ambitions de carrière auxquelles tu aspires.

    Mais je crois profondément que le vrai passionné de music, dessin, cuisine etc…pratiquera toujours son arts avec amour, même si, il n’est jamais amené à entreprendre une grande carrière pro.

    Quand j’ai commencé à approché le monde artistique (monde que j’ai toujours vue avec les yeux d’un enfant), j’ai aussi découvert un monde pas toujours très rose et qui m’a fort déçue par moment. Et lorsque tu essais de promouvoir humblement ton art, c’est parfois avoir le sentiment de devoir faire sa place dans un monde de requins et d’autres artistes qui portent bien le masque, mais qui au quart de tour t’enfonceront un couteau dans le dos pour dévaluer ton travail.

    Évidemment je parle d’expérience personnelle, donc tu n’as peut être pas vécue ça (et tant mieux ^^). Je trouve que le monde artistique est compétitif, souvent d’une façon malsaine. Il faut donc être fort pour affronter ça. Je pense que tu as trouvé une bonne façon d’avancer dans tes choix car tu n’as pas cet esprit compétitif malsain et de plus tu motives tes lecteurs à aller de l’avant. L’altruisme est plus qu’important pour évoluer dans la vie comme dans l’art :O)

    Moi aussi j’encourage tout ceux qui ont un potentiel artistique à le développer et à s’accrocher à ses rêves tout en apprenant à ne pas confondre (gloire richesse avec l’essence même de la passion).

    On m’a dit que je n’y arriverai jamais, que mes dessins étaient moches et que je n’avais aucun talents (phrases sorties tout droit de la bouche de prof d’ Arts).
    On me mettait parfois zero pour soit disant décalcomanie XD! On m’avait même vandaliser une affiche envoyé pour un concours de dessin. J’ai même subit de la discrimination racial lors d’un entretien d’embauche pour un post (bon poste d’infographiste) pour lequel j’étais sois disant engagée d’avance…

    Malgré tout ça j’ai fais comme toi, je suis resté simple et positive et un moment ou l’autre quelqu’un remarque toujours votre potentiel et votre envie à avancer et après ça vos moment de galère ne sont que de vieux souvenirs!

    Désolée pour la tartine XD!!!

    Like

  9. et aussi j’oubliais, parfois savoir passer par une petite porte et ne pas regarder que la grande et s’y cogner perpetuellement !

    Like

  10. Pour ça je béni mes parents de m’avoir épaulée pour les choix à faire pour l’orientation. J’ai appris il y a peu par mon père que certains de la famille élargie s’étonnaient qu’ils me permettent de faire de telles études. Ce à quoi ils leur répondaient “Mais c’est ce qu’elle veut faire !” Et maintenant, niania niii nianianiaaa !!!!

    Cependant, moi qui devant les galères avait mis de côté mon rêve un temps et m’étais tournée vers l’infographie, l’envie et les forces sont revenues ensuite(internet c’est autre chose qu’avant pour se “vendre” je peux vous l’assurer !! J’avais pas ça en sortant de l’école !!!)
    Si je consielle souvent aux jeunes d’avoir des “plans B”, il n’y a pas qu’un seul chemain pour arriver à atteindre ses objectifs, et les rêves avec le temps peuvent se modifier un peu aussi.

    Bref, qui sait ce que cette jeune fille fera dans le futur… Tu es la preuve (et un peu moi aussid’une certaine manière et des tas d’autres j’en suis sûre) que tout est possible à partir du moment où on le décide et on se bat pour ça. (travail et percévérence… avec optimisme malgré les tempêtes!)

    Gibie

    Like

  11. Je suis d’accord avec Jo Wana. Et d’autant plus attristée pour cette jeune fille. J’espère vraiment qu’elle trouvera le courage et la volonté pour aller au bout de son rêve ! Il ne faut pas abandonner parce qu’on est comme ça ou comme ça. Chaque personne peut changer s’il le désire vraiment. Il faut y croire de tout son coeur et toujours faire de son mieux ! Je pense que la recette est là en fait. Non pas dans les études (même si on s’améliore plus vite en étudiant), mais dans le coeur et avec l’aide de son imagination et de ce que l’on veut transmettre aux autres par le biais de l’art. Enfin je pense ^^ Même si bien sûr, ça ne dispense pas d’un entraînement régulier au dessin =)
    Pour ma part, je vais quand même tenter Anonnay et Eurasiam. Je vais juste me mettre à bosser sérieusement mon japonais pour avoir le niveau quand j’arriverais en Terminale, et continuer à faire ce que j’aime avec passion, joie et optimisme ;)
    (Deux semaines que j’avais pas dessiné et aujourd’hui que je m’y suis remise, je suis toute contente ! Mes cours sont des oeuvres d’art maintenant ! ^___^)

    Like

  12. * j’obtiendrais ces capacités (conditionnel et démonstratif) : désolée pour les fautes, ce n’est pas bien de ne pas relire avant de cliquer sur publier. ;)

    Like

  13. Cela m’attriste pour la jeune fille. Ne pas savoir se vendre à 18 ans c’est normal, c’est comme ne pas savoir remplir une feuille d’impôt au même âge … et donc elle ne payera jamais d’impôts parce qu’elle ne sait pas le faire à 18 ans, elle risque d’avoir des problèmes lol. Tout s’apprend au fur et à mesure … rien de tout ça n’est acquis quand on a 18 ans. Les parents ne réfléchissent pas des fois. ils pensent quel tel chemin est mieux pour leur enfant et trouvent de fausses raisons pour les décourager des domaines qu’ils désirent vraiment.
    Je ne suis pas parent donc qui dit que je ne réagirai pas pareil mais à mes élèves et les jeunes de ma famille, je les encourage à aller vers les domaines et métiers qu’ils désirent tout en utilisant leur raison quand même : je veux faire ça, ai-je les capacités ou est-ce qu’en travaillant encore plus j’obtiendrai ses capacités. Et aussi de bien travailler à l’école (non pas pour être le meilleur de la classe, l’intello etc…) mais pour avoir la possibilité de faire ce qu’on désire vraiment professionnellement (c’est 75% de son temps le boulot quand même).
    Et les parents oublient aussi, qu’il y a toujours possibilité de changer de voie en cours de route … ;)
    Très bon article Rosalys !

    Like

Comments are closed.