Rock~en~ciel

C’était prévu que cette semaine soit spéciale : concert du meilleur groupe de rock français Dionysos déplacé au Zénith de Nantes tellement il y avait de spectateurs, signature de contrat BD, concert japonais de L’arc-en-ciel pour la première fois en Europe au Zénith de Paris, …

Voir Dionysos en concert, c’est être imprégné par l’énergie et la vitalité de ce groupe. Ca danse, ça chante à plein poumons, ça saute sans arrêt sur scène, et cet entrain est furieusement communicatif ! Mathias Malzieu, le chanteur, est impressionnant tellement il saute avec une aisance tout au long de sa prestation, mais aussi son aisance avec son public : il plonge sur la fosse en confiance et parcours tout le Zénith sur le bout des doigts des spectateurs des gradins. On redécouvre les chansons réorchestrées, la composition a encore plus de pêche que sur les albums avec un DJ et des trompettes additionnelles. Bref, des conditions privilégiées pour se plonger dans l’univers des monsters in love et de la mécanique du coeur, avec en surprise “un bonbon rose piquant, au goût de chocolat” : la jolie Olivia Ruiz vient chanter le duo “Tais-toi mon coeur”. On en veut encore, on ne veut plus quitter ce joyeux petit monde, les rappels durent bien, et à la sortie d’un tel grand moment de partage on se dit que Laruku va avoir du mal à faire mieux que Dionysos.

En fait, L’arc-en-ciel, c’est tout simplement incomparable O_O Des moyens de folie pour un spectacle avec 2 écrans géants, un réalisateur capable de prendre des plans qui rendent le film plus beau que la réalité, des flammes, des plumes, … Tout cela dans un décor de bateau, parce qu’il y aurait un bateau portant le nom du groupe, et cet L’7 trans ASIA via PARIS, c’est un peu le voyage d’un bateau dans le monde. Immergés dans un Zénith en canicule de chaleur humaine, le public est d’une jolie mixité : allemands, français, japonais, etc., tous vibrent ensemble dans la bonne humeur pour un même groupe. J’ai bien aimé ce mélange culturel, ça me faisait bien rire qu’on s’applaudissent mutuellement après avoir fait une hola ^o^ Quelque soit la place dans le Zénith de Paris (en excluant les VIP), tout le monde était debout : une fosse géante de 6000 personnes qui “s’unissent par delà les frontières” ^_^ Laruku arrive sur scène et c’est la folie, un mélange de nostalgie avec des vieux titres (Winter fall, Driver’s high), des génériques d’anime (Ready steady go, Link, Daybreak’s bell), des titres de leur nouvel album Kiss (Seventh heaven, Pretty girl, My heart draws a dream) ainsi que leur nouveau single actuellement très bien classé à l’oricon (Drink it down). Un titre où chaque membre du groupe chantait tour à tour, des dialogues dans un français incertain mais l’effort est adorable, une envie de partage flagrante, une ambiance rythmée par les “SAUTEEEEEEZ” de Hyde, ce dernier étant descendu de scène pour s’approcher des fans. Je crois que tout le monde était heureux et s’est éclaté comme jamais *o*

Véritablement une expérience collective inoubliable…