Sketches

And do you enjoy seeing sketches? I’m having fun right now in uploading photos of sketches directly via iPhone in Instagram: @rosalys_art ^o^! As I spend much more time in putting the finishing touches to my illustrations now – average completion time from 8 hours to… 5 days ^^; – it’s a fun way to continue to share new pictures.

So far I had not tested Instagram because there are already plenty of networks. And the Open Graph of facebook, as an inter-network protocol, began to integrate it very well, so I let myself try ^ o ^ What a surprise to see that so many people use it regularly! I found illustrators Japanese, American, French, mostly everyone, it’s fantastic! If you too are on Instagram, feel free to add me ^_^

Wacom Inkling – premier croquis auto-numérisé – deuxième croquis en vidéo-bulle Google+ avec vous

Je suis une fille très sage, j’ai eu en avance un cadeau de Noël extraordinaire : Inkling, ce stylet révolutionnaire permettant d’obtenir la numérisation de ce qu’on dessine sur n’importe quel support !! Ce nouveau produit Wacom a eu un tel succès qu’il est tombé en rupture de stock dès sa sortie ! Mon père Noël personnel a avoué me l’avoir offert impatiemment car il a dû attendre des mois avant de le recevoir avec un mot d’excuse de Wacom ^o^

Voici un petit test en 10 minutes, version “j’aime prendre en main un nouvel outil sans lire de manuel et sans test unitaire préalable”. Version “fille pressée de jouer” donc ^_^ Et le résultat de ce premier test est… modéré ^^;

Le support de dessin

J’ai pris mon habituel bloc de dessin Canson XL Marker, je n’ai pas accroché le récepteur à la feuille à cause de la jointure collée du bloc, je l’ai donc juste posé dessus. Du moment que la surface soit inférieure ou égale à du A4, le récepteur est censé bien fonctionner.

Le stylet

Le stylet est terriblement long et lourd O_O Bien sûr, il ne sera jamais aussi léger qu’un simple stylet à tablette graphique, ni même à un stylet contenant une pile comme pour un modèle de tablette graphique que j’ai eu. Il contient tout ce qu’il faut pour transmettre au récepteur le moindre trait, la pression exercée, etc. Mais tout de même, pour moi, ça rend impossible de le tenir éloigné de la pointe. Or c’est exactement ce qui est nécessaire afin que le stylet puisse émettre les données !

Le stylo à billes

Inkling est livré avec un set de 4 recharges additionnelles pour le côté “stylo à billes” du stylet, ce qui est indispensable pour qu’on voit ce qu’on dessine. J’aime dessiner au stylo, ça ne me pose pas de problème. Cela dit, cela implique que le trait sera toujours de même largeur, on ne dépassera donc pas le stade de croquis (moi qui pensais faire de l’encrage et gagner beaucoup de temps avec !). Bien sûr, là où en réalité l’encre va baver, en version numérique il n’y paraîtra rien. La détection de la pression est elle aussi bien prise en charge.

La connectique

De ce côté, promesse tenue ! La petite boîte contenant le tout est ergonomique à souhait. Pour charger la batterie du récepteur, il suffit de la glisser dans la boîte et de relier cette dernière à un ordinateur par mini-USB. Pour recueillir les croquis numérisés, il suffit de relier le récepteur directement à l’ordinateur par mini-USB. Un packaging bien pensé, un peu comme un produit Apple, sauf qu’ici tout est de couleur noire ^o^

(photo ©Wacom eStore)

Le logiciel Inkling Sketch Manager

Le logiciel pour importer les croquis est très basique. Importer le dessin, ou visionner tous les traits pour choisir à quel stade importer le dessin. Le logiciel propose un export vers Adobe Photoshop ou Illustrator. J’ai exporté vers Photoshop pour trouver une image sur 2 calques (un fond blanc et les traits du dessin sur fond transparent) au format A4 600dpi. Simple et fonctionnel, en bonus le logiciel aurait pu proposer l’export en gif animé ou quelque chose permettant une démonstration.

Le résultat

Sérieusement, le résultat est moyen ^o^;;;;

Peut-être est-ce ma faute, on peut supposer que :

  • le menton est complètement décalé car je n’avais pas fixé le récepteur au bloc de dessin
  • il manque tout un oeil parce que mes doigts auraient masqué l’émetteur du stylet
  • il y a des traits en trop parce que le récepteur serait hyper sensible

Peut-être. Ou peut-être pas ? Objectivement, si je fais les pour et les contre :

  • - Par manque de précaution, il peut manquer tout un oeil à un croquis, donc tout un lot de traits ou d’écriture
  • - On s’attendrait à ne pas devoir prendre de précaution justement, afin de pouvoir réaliser des croquis sur ses genoux en pleine nature, ou prendre des notes à la hâte en courant entre des réunions
  • + Tout ce qui est détecté est bien détecté
  • + Ne pas avoir à protéger sa feuille à dessin, rentrer chez soi, allumer le scanner, et tout avoir au simple branchement mini-USB est libérateur ! (d’autant que le pilote de mon scanner plante depuis que je suis passée sous Mac OS X Lion -__-)

Je crois qu’il faut que je le teste davantage que 10 minutes ^o^ Je ferai plusieurs cas de tests, dans différentes conditions. L’usage principal que j’en attends est de pouvoir dessiner durant les trajets en train ou en avion, et aussi pouvoir remplir tout un carnet de croquis durant des voyages touristiques. Je pense que tout ceci sera possible, le produit est vraiment tout petit et se glisse dans un sac à main. Reste à dompter les cas défaillants, peut-être muscler mon pouce et mon index pour réussir à le tenir éloigné de la pointe aussi !

EDIT :

Deuxième test en live avec vos suggestions

Le jour même, j’ai proposé une démonstration en live sur Google+ grâce à son système de hangout (vidéo-bulle), afin que jusqu’à 20 personnes viennent chatter et échanger des idées autour de mes tests. Et, ensemble, nous avons compris de nouveaux détails importants :

La rigidité du support

Pour montrer de plus près le test, j’ai dû rapprocher le support de la webcam de mon iMac. Ce qui implique de dessiner à la verticale, en tenant un petit carnet d’une main. D’où le constat : le support peut être souple, on peut même le tordre en dessinant, les traits sont toujours très bien détectés ! Cas à éviter : le récepteur accroché sur une feuille volante, feuille qui se plie sous le poids du récepteur, auquel cas les traits sont complètement décalés avant et après le pli. Ça peut vous paraître improbable mais pour dessiner n’importe où sous n’importe quelle intempérie, ces détails comptent ^^

Les marges

Et donc, mon moleskine est de la taille d’une main. C’est le genre de carnet que j’ai constamment dans mon sac à main. J’ai essayé d’accrocher le récepteur sur le côté pour tester la réception, mais quasiment aucun trait n’a été enregistré. J’ai donc repositionné le récepteur en haut au milieu de la page. 1/3 du dessin est rogné ! D’où la remarque des participants au hangout : il faut rester éloigné du récepteur. Très juste O_O La réception n’est possible qu’à 2cm du récepteur, ajoutez à cela que le récepteur lui-même fait perdre 2cm, c’est 4cm de marge perdue sur un carnet de 9x14cm !! C’est normal quand on y réfléchi, mais il ne reste pas grand chose comme surface détectée ^^;;;

Votre avis

Ce chat public a permis de recueillir vos avis (même si peu de gens parlaient au micro et que je ne pouvais pas lire le chat textuel en faisant la démo !). Globalement votre avis est que l’outil est impressionnant et qu’il y a un temps de prise en main évidente à passer. Reste un scepticisme mêlé à de l’envie. Ce n’est pas encore l’outil ultime mais ça en a le potentiel ! Merci à tous ceux qui ont participé à l’expérience communautaire ^__^