J-music concert – KAWAii MATSURi : May’n, T.M.Revolution, Shôko Nakagawa + SEKAI NO OWARI

 

kawaii-matsuri

KAWAii MATSURi highlights the Japanese kawaii culture music fashion x x x anime idol, pop culture Harajuku, Shibuya and Akihabara. This is a totally fun and revendicated cocktail! Today was the first day of this matsuri week-end, with spotlighs on Shôko Nakagawa, May’n and T.M.Revolution. What a pleasure to see them again, that was so great ^o^

Day 1 – Matsuri da Tokyo

Shôko Nakagawa

kawaii-matsuri-shokotan

Shokotan arrived on stage, with a surprisingly very simple hairstyle, but still kawaii dress. Her 30-minutes long concert began naturally “Sorairo days”, opening song of Gurren Lagann, and immediately ignited the atmosphere, immediately great! What I liked the most: “Pegasus Fantasy Version Ω”, theme of Saint Seiya Ω, it was the epic moment of her performance. “Saint Seiya! Heyyyyy “everyone with his glowstick forward!

May’n

kawaii-matsuri-mayn

If I got interested in Kawaii matsuri, it was of course because of the presence of my dear May’n! Just by seeing that she was taking part in this event, I was willing to be there ^o^ And she did not come alone: ​​her dancers accompanied her to start strongly with “Universal Bunny” from Macross Frontier (but if you are frequent readers of my blog, you already known it ^^). Nothing could make me happier! And to continue this performance at hectic pace, “Giant Step” Kamen Rider Fourze!

Then came a quick MC during which May’n explained she had just finished her world tour. She felt that Japanese culture was really appreciated by everyone all over the world, whatever the form: idol, video games or anime, and – of course – anisongs, which are all part of Japan’s culture! Ah ~ I really agree with this point!

Back to the concert with the legendary “Diamond crevasse.” Acceleration with “Scarlet Ballet” and “Brain diver”, to finish on the new single to be released on May 5th: “Run Real Run.” May’n finished by asking the question: she was invited to Kawaii matsuri, but is she kawaii? What a question! This is so obvious ^o^

T.M.Revolution

kawaii-matsuri-tmrevolution

The grand finale is Takanori, who comes with his band! He also asked whether he is kawaii, but he has not even to wait for the answer from the audience. For his part, he speaks about J-pop, J-rock, rock… all are part of him, they are also part of Japanese culture, yeaaah heyyyyyy!

The fire started immediately with “FLAGS”, then “LEVEL 4″. Obviously, I loved the songs of legendary Gundam seed, we enjoyed both “INVOKE” and “ingnited!” But what I liked the most was to hear again the first song that made me discover T.M.Revolution in 1998: “The party must go on.” And to finish with a big slap, “HIGH PRESSURE!”

Whenever I just see Ayumi Hamasaki, with the feeling of having seen the best concert of my life, T.M.Revolution succeeds in giving me an extra slap *___*

Tôkyô Metropolitan Gymnasium

Writing only about the performance of my favorite singers would not be a good summary of the matsuri. I need to talk a bit about the venue: this is not a good one for concerts. There is a resonance in the gym, plus a bad sound, and soundtracks of Shokotan and May’n sounded so strange. On the other hand, this was strange to put booths at the rear half of the arena and blocking at the same time a large part of alleys and seats, which resulted in a general feeling of emptiness, emphasizing the real vacuum. I do not understand why this event has no sold out, probably because he has just born… Still, the event is really cozy and offers a chance to attend the performance of very good artists ^o^ The opportunity to see them all is very beautiful!

Day 2 – Harajuku kawaii

Tomorrow is the last day of the weekend matsuri, under the sign of Kyary Pamyu Pamyu. My new favorite, SEKAI NO Owari, will be embedded in a lot of fashion shows. I do not think anything will top the evening Anisong yesterday for me, but you never know, there are also SCANDAL and Passepied!

EDIT of the 21th april: Aaaaah this last day was epic with:

SEKAI NO OWARI

kawaii-matsuri-SEKAI_NO_OWARI

This is the first time I see them live, so I did not have too many expectations: after the announcement of the group’s arrival, everyone stood up excitedly and strident girls voice arose. They were the real stars of KAWAii Matsuri! With their unique sound, which rings like both rock and electronic music, with the sweet melody of the piano and the pop singer’s voice, SEKAI NO OWARI made everyone happy result “Starlight Parade”. There’s something in their music that instantly transmits a smile! And the attendees participate a lot, with great enthusiasm. The beat of the music changes at every verse, which has the effect of changing the gestures of spectators – clapping, arms all forward – everything is obvious and totally fun! Finally, even superior than Ayu’s and T.M. Revolution’s, the collective experience of SEKAI NO OWARI live is my big BIG favorite!

They executed the main titles of their first album “Entertainment” at a major, including “Fantasy” and “Tenshi to Akuma” that I love soooooo much, to conclude the performance with songs from their previous albums. There were also se special spotlight on their new title “RPG”, the theme for the Crayon Shin-chan movie that comes out in theaters in April. Shin-chan also made an appearance in the audience and danced throughout the song, it was so cute!

Finally, note the emphasis on the song “Love the warz”, with texts in the preamble reminding the horrors of the 2nd World War and most of its victims. A truly unique group, so nice and more committed… THE success of this matsuri, for me, it is SEKAI NO OWARI at 1000%!

To go further

Kawaii matsuri

Also on my blog

Concert J-music – KAWAii MATSURi : May’n, T.M.Revolution, Shôko Nakagawa + SEKAI NO OWARI

 

kawaii-matsuri

KAWAii MATSURi met en avant la culture kawaii japonaise : musique x mode x anime x idol, la pop culture de Harajuku, Shibuya et Akihabara. Voilà un cocktail fun et assumé ! Aujourd’hui était la première journée de ce week end de matsuri, ayant pour tête d’affiche Shôko Nakagawa, May’n et T.M.Revolution. Quel plaisir de les revoir, c’était super ^o^

Jour 1 – Matsuri da Tokyo

Shôko Nakagawa

kawaii-matsuri-shokotan

Shokotan arrive sur scène, étonnamment avec une coiffure sobre, mais toujours une robe kawaii. Son concert de 30 min débute naturellement par “Sorairo days”, opening de Gurren Lagann, tout de suite l’ambiance est au top ! Ce que j’ai le plus aimé : “Pegasus fantasy version Ω” de Saint Seiya Ω, c’était le moment épique de son intervention. “Saint Seiya! Heyyyyy!”, tout le monde glowstick en avant !

May’n

kawaii-matsuri-mayn

Si je me suis intéressée au Kawaii matsuri, c’est bien entendu pour ma chère May’n ! Rien qu’en voyant qu’elle y était, c’était sûr que je venais ^o^ Et elle n’est pas venue seule : ses danseurs l’ont accompagné pour démarrer en force avec “Universal bunny”, de Macross Frontier (je précise mais si vous lisez mon blog, vous le saviez forcément ^^). Rien ne pouvait me faire plus plaisir ! Et pour continuer sur un rythme de folie, “Giant step” de Kamen rider Fourze !

Petit M.C. lors duquel May’n raconte qu’elle vient de terminer sa tournée mondiale. Elle a constaté que la culture japonaise était vraiment appréciée de tous ; qu’il s’agisse d’idol, de jeux vidéos ou d’anime, et bien sûr d’anisong, tout cela est bien la culture du Japon ! Ah~ je suis tellement d’accord avec ce propos !!

Retour au concert avec le légendaire “Diamond crevasse”. Accélération avec “Scarlet ballet” et “Brain diver”, pour finir sur le tout nouveau single qui paraîtra le 5 Mai : “Run Real Run”. May’n pose tout de même la question : elle est invitée au Kawaii matsuri, mais est-elle kawaii ? Quelle question ! À fond ^o^

T.M.Revolution

kawaii-matsuri-tmrevolution

Le grand final est pour Takanori, qui vient avec son groupe de musiciens ! Lui aussi demande s’il est kawaii, mais la réponse ne se fait même pas attendre. De son côté il parle de J-pop, J-rock, rock, tout cela, c’est lui, c’est la culture japonaise, yeaaah heyyyyyy !

Le feu est mis dans la salle de suite avec “FLAGS”, sans oublier “LEVEL 4″. Évidemment, j’adore les légendaires chansons de Gundam seed, on a eu droit à “INVOKE” ainsi qu’”ingnited” ! Mais ce que j’aime le plus, c’est ré-entendre la toute première chanson qui m’a fait découvrir T.M.Revolution en 1998 : “The party must go on”. Et pour bien finir avec une grosse baffe, “HIGH PRESSURE” !

Chaque fois que je viens juste de voir Ayumi Hamasaki, avec le sentiment d’avoir vu le meilleur concert de toute ma vie, T.M.Revolution arrive à me donner une claque supplémentaire *___*

Tôkyô Metropolitan Gymnasium

Ne parler que des performances de mes chanteurs préférés ne serait pas un bon résumé de ce matsuri. Un mot sur la salle : ce n’est pas une bonne salle pour des concerts. Il y a une résonance dans ce gymnase, en plus d’une mauvaise sonorisation, notamment les bandes sonores de Shokotan et de May’n grésillaient étrangement. D’autre part, mettre des stands sur la moitié arrière de l’arène tout en bloquant les moitiés avant des gradins donne une impression de vide, accentuant le vide réel. Je ne comprends pas bien pourquoi cet événement n’a pas fait sold-out, sûrement parce qu’il vient de naître… Reste que l’événement est vraiment plaisant et avec de très bons artistes ^o^ L’occasion de les voir tous ensemble est belle !

Jour 2 – Harajuku kawaii

Demain est le dernier jour de ce week end de matsuri, placé sous le signe de Kyary pamyu pamyu. Mes nouveaux chouchous, SEKAI NO OWARI, y seront, noyés dans des tas de représentations de mode. Je crois que rien ne sera supérieur à la soirée anisong d’hier pour moi, mais sait-on jamais, il y a aussi SCANDAL et Passepied !

EDIT du 21 avril : Aaaaah ce dernier jour était épique grâce à :

SEKAI NO OWARI

kawaii-matsuri-SEKAI_NO_OWARI

C’est la première fois que je les vois en concert, alors je ne m’y attendais pas : dès l’annonce de l’arrivée du groupe, tout le monde s’est levé avec excitation et des voix stridentes de filles ont retenti. Les vraies stars du KAWAii MATSURi, ce sont eux ! Avec ce son unique à la fois rock et électro, avec la douce mélodie du piano et la voix pop du chanteur, SEKAI NO OWARI rend tout de suite heureux avec “Starlight Parade”. Il y a quelque chose dans leur musique qui transmet instantanément le sourire ! Et le public participe énormément sans discontinuer et avec un bel enthousiasme. Chaque couplet change de rythme, ce qui a pour effet de changer la gestuelle des spectateurs : applaudissements, bras en avant, tout est évident et follement amusant ! Finalement, plus fort encore qu’Ayu et T.M.Revolution, l’expérience collective de SEKAI NO OWARI en live est mon gros GROS coup de coeur !

Suite des titres phares de leur album en major “Entertainment”, avec notamment “Fantasy” et “Tenshi to Akuma” que j’adoOore, pour finir sur les chansons de leurs précédents albums. Également coup de projecteur sur leur nouveau titre “RPG”, thème pour le film de Crayon Shin-chan qui vient de sortir en salle. Ce dernier a d’ailleurs fait une apparition dans le public et a dansé durant toute sa chanson, c’était trop mignon !

Enfin, notons l’accent mis sur la chanson “Love the warz”, avec en préambule des textes rappelant les horreurs de la 2nde guerre mondiale et surtout de ses victimes. Un groupe vraiment unique, tellement agréable et en plus engagé… LA réussite de ce matsuri, pour moi, c’est SEKAI NO OWARI à 1000% !

Pour aller plus loin

Kawaii matsuri

Également sur mon blog

Concert J-music – 「ayumi hamasaki 15th Anniversary TOUR 〜BEST LIVE〜」 au Saitama Super Arena – live report

 

ayumi hamasaki 15th Anniversary TOUR 〜BEST LIVE〜

Voir Ayu au COUNTDOWN LIVE était déjà énormissime, mais Ayu en ARENA TOUR c’est encore bien plus le summum du grandiose ! Je rêve, un de mes rêves s’est réalisé aujourd’hui, c’était encore mieux qu’en rêve ! J’ai donc assisté au tout début de la tournée spéciale de ses 15 ans de carrière, un bel anniversaire qui promet une longue prospérité ^__^

Saitama Super Arena

Rien de mieux que le Saitama Super Arena pour commencer ! Cette salle, pouvant accueillir 37 000 spectateurs, est vraiment bien pensée. Le confort est là, avec de l’espace pour pouvoir danser à fond et même un porte-gobelet, mais surtout la vue est parfaite où que l’on soit. Étonnamment, j’ai trouvé le concert beaucoup plus intime et émouvant dans cette salle qu’au Yoyogi stadium et sa capacité de “seulement” 13 000 spectateurs. Mais ça, c’est peut-être le pouvoir d’Ayu ^o^

Quel est votre rêve ?

Le concert s’ouvre sur un message à l’écran : “Welcome to our cruel beautiful world”. Tout le concert se poursuit avec des messages, chansons incluses, en cohérence avec ce qu’Ayu souhaite nous transmettre. “Quels sont vos rêves ?” Pour sa part, des images de ses nombreuses tournées depuis ses débuts sont montrées. Son look évolue, son style aussi, mais il y a toujours cette joie flagrante de partager avec son public. “N’oubliez pas vos rêves.” Applaudissements du public. Ce concert est vraiment beau, sur la forme, et surtout sur le fond ;___;

15th Anniversary

15 ans plus tard, voici qu’Ayu chante le premier single dont elle a écrit elle-même les lyrics, celui qui l’a révélé : “Poker face”. On a droit au meilleur de ses hits, réorchestrés, re-pensés, sublimés ! C’est un plaisir de retrouver “M”. Et quelle surprise de voir “Jewel” avec une mise en scène autre qu’en grande robe avec éventails de plumes : Ayu est suspendue au milieu de la salle dans une bassine de verre pleine d’eau *o* Juste époustouflant ! Et pour arriver jusqu’au présent, on a droit à une version remix de “Wake Me Up”. Ce panorama sur sa carrière est vraiment bien choisi, j’ai adoré toute la setlist !!

Encore et re-encore

La fin du concert est arrivée si vite, après le mythique medley “SURREAL~Evolution~SURREAL” et “Voyage”, on en veut encore ! Ensuite, à la fin de l’Encore et la danse tous ensemble sur “Trauma”, toute la salle fait le silence pour les remerciements sans micro d’Ayu. “Arigatô gozaimashita !” Ayu part en courant et un grand sourire aux lèvres, tandis que les rideaux se referment. “Ayu ! Ayu ! Ayu ! Ayu !” Le public est à fond, et c’est un deuxième rappel qui arrive **o** Parce que finir sur “MY ALL”, c’est juste le meilleur au revoir qui donne les larmes aux yeux ;____; C’est le meilleur concert auquel j’ai assisté, les chansons d’Ayu représentent la moitié de ma vie, là où tout s’est construit, où tous mes rêves ont commencé à se réaliser. Un de mes nouveaux mini-rêves est de revoir Ayu en concert au Japon, lors du final de cette tournée ou de ses prochains concerts ^o^ !

Également sur mon blog

[Japon] Concert J-music – Comment bouger lors d’un concert au Japon : pour des concerts anisong, idol, pop ou rock

J’adore de constater qu’à chaque concert auquel j’ai pu assister à Tôkyô, il y a une véritable cohésion du public, une énergie communicative, et chaque fois dans un style différent. J’avais envie de partager ces expériences, il ne s’agira pas d’un tutorial mais ça vous permettra de visualiser l’ambiance !

En concert anisong

dans le stadium

L’indispensable glowstick en concert anisong se trouve partout dans les magasins anime/manga (Animate par exemple), il peut être de différentes couleurs, le mieux étant le glowstick à piles dont on peut changer la couleur. Certains artistes anisong ont des couleurs de prédilection, pour d’autres des posters promotionnels indiquent la couleur à utiliser pour chaque chanson ! Et surtout, la manière de battre la mesure durant le concert suit la progression de la chanson, plus intense lors du refrain, plus haut lorsque l’artiste tient la note. Je trouve qu’on s’amuse énormément ainsi, c’est une manière de vivre la musique en lumière ! Je fais court mais, bien sûr, lisez mon tutorial complet si vous souhaitez en savoir plus ^^

En concert idol

a-nation musicweek - Asia progress F et IDOL NATION (qui n'étaient pas vraiment mon univers en fin de compte)

J’ai accompagné mon chéri dans cet enfer à testostérone que sont les concerts d’idols, où il y avait notamment AKB48. Je n’ai pas du tout aimé l’ambiance, les hurlements et les odeurs, mais je vais essayer de résumer ce que j’ai constaté : le public est constitué de vrais wota. Ils savent exactement à quel moment de la chanson faire des holas, le nom de quel idol prononcer suivi de “kawaii” et d’impénétrables “Tiger! Fire!! Cyber! Fiber!! Diver! Viber!!”. Le plus impressionnant est la ferveur avec laquelle ils sautent, de toutes leurs forces, peu importe où ils chuteront, les bras suivant une chorégraphie complexe. Je suppose que l’art du wotagei est documenté et étudié scrupuleusement avant chaque concert. Je ne sais pas si c’est vraiment amusant de le faire ainsi, mais je crois que la passion de l’otaku peut s’embraser de la sorte.

En concert J-pop

L'intérieur du stadium pour Ayu

Le glowstick que tout le monde a est le glowstick officiel du concert en question, en ajoutant éventuellement le glowstick/uchiwa des tournées précédentes du même artiste. Pour Ayu, c’est donc du pur rose fuschia pour tous ! La manière d’agiter le glowstick durant le concert est très doux : agiter avec le coude, ou même simplement avec le poignet. Et juste en continu. Le glowstick n’a pas de chorégraphie particulière, ne suit pas les variations de la musique ou du chant de l’artiste. Et très souvent, il sert à faire coucou à l’artiste lorsqu’elle adresse un regard vers sa partie du public. C’est très gentillet et un peu gadget presque, mais là on peut dire que le public est libre de faire à sa guise.

En concert J-rock

À l'intérieur du Budôkan

Mon seul concert sans glowstick. Je croyais que ce serait moins drôle, je me suis agréablement trompée !! Le geste principal est de lever le bras, plier et déplier le coude en avant. Lorsqu’un couplet s’intensifie, faire le geste d’un bras. Lors du refrain, y aller à fond avec les deux bras, et pourquoi pas accompagner le geste d’une flexion des jambes, ou encore d’un saut ! C’est extrêmement impressionnant de voir tout le public en harmonie sur le rythme de la musique, avec non pas seulement un glowstick à la main, mais bien les deux bras déployés. Et surtout, c’est terriblement amusant, simple et dynamique !! Je n’ai jamais partagé autant de joie qu’avec ce type de public !

En concert TV

CUP pour Cute, United et Powerful

Tout ce que j’ai dit plus haut s’applique ici, selon le type de concert pour lequel il y a tournage, à ceci près que la salle est plus classieuse et sa taille plus humaine. Si vous aimez voir ce genre d’émission musicale à la TV, vous aimerez encore plus le voir en live !

 

Voilà ! Rien ne dit que tous les concerts se passent ainsi, il me reste à en voir davantage pour le confirmer et découvrir d’autres ambiances. Par exemple, j’aimerais beaucoup voir en live un concert de SEKAI NO OWARI ^___^ Je suis heureuse d’avoir pu vivre ces expériences à Tôkyô, les DVD/Blu-ray de concerts ne montrent pas cette partie importante du live. Je n’ai pas précisé mais c’est le cas pour tous : on a un espace à soi, souvent délimité par un siège sur lequel se reposer durant l’attente, sous lequel poser ses affaires, et duquel se lever durant le concert. Car durant tout le concert, tout le monde est debout, libre de ses mouvements, complètement à fond ! C’est vraiment confortable, il n’y a qu’à se préoccuper de passer un bon moment. Pour tout cela, les concerts au Japon sont vraiment fantastiques, en plus des artistes eux-mêmes évidemment ^___~

[Japon] Concert J-music – 「ayumi hamasaki COUNTDOWN LIVE 2012-2013 A ~WAKE UP~」 au Yoyogi stadium – live report

japon-ayumi-hamasaki-countdown-live-2012-2013-wake-upLe nouvel an japonais pour moi, c’est notamment le moment du grand concert d’Ayumi Hamasaki, avec le countdown à minuit. Une énorme fête pop à laquelle je rêvais d’assister depuis des années sans jamais l’envisager comme possible. Jamais. Parce qu’Ayu est trop mythique, parce que ce serait trop énormissime pour être vrai, parce que quand c’est trop c’est du registre de l’inaccessible quoi ! Oui, mais mon année 2012 est l’année de tous les possibles, des possimpibles !! J’ai donc terminé 2012 avec Ayu à Tôkyô, et c’était encore mieux que je l’imaginais *o*

La salle : Le Yoyogi stadium d’Ayu

Le concert a eu lieu à Shibuya et, pour l’occasion, le Yoyogi stadium s’est rempli de 13 000 jolies kogal. En plein milieu du stadium se trouve une grande scène circulaire sur 5 étages, ainsi que 2 scènes sur les côtés ; ainsi où que l’on était, Ayu était près de nous !

Après le lever de rideau, cette scène tourne, s’illumine, crache des flammes et même lance des feux d’artifices. Les moyens pour nous faire vibrer avec la musique sont spectaculaires ! Et Ayu vient vers nous en s’élevant dans les airs sur une balançoire à plusieurs mètres de la scène, ou encore en tournoyant sur une grande grue. Lâchers de paillettes, de ballons, mise en scène fantastique, réalisation magnifique sur les écrans géants, karaoke et chorégraphies participatives, …

C’est un grand show de super star, qui réussit l’exploit d’être aussi grandiose que sincèrement touchant.

Le concert : Wake up, quel réveil !

La musique commence fort, le beat est élevé, faisant monter l’impatience. Voilà qu’Ayu apparaît dans un cocon suspendu ! L’intensité est déjà incroyable, « Wake me up » dans un remix endiablé chauffe la salle, suivi du non moins cadencé « Rule ». Pas le temps de se remettre de ses émotions, Ayu réapparaît toute de rose vêtue pour de la pop qui donne le sourire avec « Beautiful Fighters » et « Fly high ». Séquence chansons d’amour : « snowy kiss », « Missing », le tout dansé avec Shu-ya. Je me demande ce que cela aurait donné si Maro – désormais son compagnon – avait dansé.

Sublime moment lors de « Together When… » où une très longue traîne rose pâle vient parer la belle robe d’Ayu. Sur une balançoire tout en haut du stadium, parcourue d’un vent romantique, elle chante la ballade tandis que sa traîne virevolte comme de soyeuses pétales de fleurs.

« Ikuze Yoyogi~~~ Come on! », lance-t-elle. Le rythme redevient pêchu, depuis « everywhere nowhere » et « You & Me » jusqu’à « evolution », bien sûr à fond sur « SURREAL », et enfin « until that Day ».

« Arigatô gozaimashita! » C’est déjà la fin du concert, cette heure et demie est vite passée comme dans un rêve ! Évidemment, il y a l’Encore ! « Ayu ! Ayu ! Ayu ! Ayu ! » La revoilà parmi ses danseurs avec le T-shirt officiel du concert, et c’est parti pour nous faire danser et chanter sur les cultes « Trauma », « AUDIENCE », « Boys & Girls ». Les larmes aux yeux, ils nous disent tous merci sur « MY ALL », et les larmes de joie montent aussi en soi ;__; Sur cette si belle chanson, le rideau tombe…

Cette set list est extra ! Quelle puissance de la part des musiciens, quel talent de la part des danseurs, que d’émotions transmises par Ayu ! Ce live a une ce des forces !! Ce COUNTDOWN LIVE est vraiment parmi les meilleurs de ce rendez-vous annuel.

Le public : Ayu A A A Are you ready

Les fans d’Ayu l’aiment et le lui font entendre. Vivre un concert d’Ayu est véritablement une expérience collective. J’ai pourtant regardé des centaines de fois les DVD/Blu-ray des live d’Ayu, mais ça ne transparaît pas à ce point, il faut y être pour le ressentir.

Dès que les lumières s’éteignent, les glowsticks forment une voie lactée de pur rose éclatant. Dès qu’Ayu apparaît, des petits cris retentissent, aigus sans être stridents, juste mignons et surtout très nombreux. Chaque nouvelle tenue appelle des « Kawaii! », chaque regard appelle des « Ayu~~~! », chaque main serrée à des chanceux appelle des « ii ne! ».

Le rappel, orchestré avec humour, est un instant puissant où tous les spectateurs s’expriment à fond et avec bonne humeur. J’ai vite été prise dans cette ambiance : « Ayuuuuu !! ».

Obtenir un ticket : Once upon a time…

Comment ce rêve a-t-il pu devenir réalité ? C’est un chemin complexe qui m’a permis d’avoir une place dans ce formidable événement.

D’abord, progresser en japonais, suffisamment pour être capable de s’inscrire à la Team Ayu – le fanclub officiel japonais. Avoir une adresse au Japon pour cela, recevoir sa carte de membre quitte à passer par un service japonais de réexpédition à l’international. Ensuite, dès la réception de l’e-mail annonçant le concert, participer à la loterie permettant d’acheter des places. Attendre avec espoir. Gagner la loterie, s’empresser de payer le ticket, et c’est là que ça se complique : dans les 4 jours, retirer le pré-ticket à un conbini 7-eleven au Japon – merci à Jean-Marc et Yukiko pour leur gentillesse ! Décembre arrive, dans un court laps de temps, retourner dans un 7-eleven pour changer le pré-ticket en ticket. Ouf, la fin de l’année est là, le concert est à portée de main après ce marathon de plusieurs mois, qui aura coûté une petite fortune mine de rien. Et tout cela, géré de main de maître par mon chéri, une vraie bonne fée, ma petite souris de génie qui a ma reconnaissance infinie !!

Tous ces efforts valaient vraiment le coup. Ayu est une artiste légendaire unique, sa musique est positive et émouvante. Son concert et son public sont de même : immense et chaleureux. C’est une expérience ultime à vivre !! Pour moi, c’est un indicible bonheur ^______^

N.B.: La représentation du COUNTDOWN LIVE du 31 décembre était aussi retransmise en direct sur le site web Ameba pigg. Pour y accéder, il fallait acheter un ticket, faire porter à son avatar le T-shirt officiel du concert, et aller sur la place du concert ^^

Mes photos souvenirs :

Voir aussi :

May’n WORLD TOUR 2012「ROCK YOUR BEATS」Paris – live report + fan-poster + after fanclub France & Japon

May’n a démarré l’été en concert aux États-Unis, est revenue au Japon participer aux grands concerts d’été, pour ensuite continuer en Europe. Samedi dernier, elle est donc arrivée en France, dès le lendemain de son concert en Allemagne. Je pensais que rien ne surpasserait sa prestation spectaculaire au Yoyogi stadium à Tôkyô, je craignais que les fans français ne soient pas au rendez-vous, et finalement cette soirée a été fabuleuse !! Tant d’énergie de la part de May’n, tant de fans adorables, l’expérience a été fantastique à 1000% !!

Le concert :「ROCK YOUR BEATS」 Paris

May’n à la fin du concert à Paris
Photo ©Blog officiel de May’n

Avec son dernier album “HEAT”, May’n affirme de plus en plus le son rock de ses chansons. Aussi, cette tournée 「ROCK YOUR BEATS」 a cette singularité : beaucoup de titres pour faire bouger le public et très peu de ballades. Pour ce faire, May’n n’est pas venue accompagnée de ses danseurs comme à Japan expo 2011, cette fois elle s’est entourée de ses musiciens. Guitare, basse, batterie, synthé, dès la première seconde le rock nous inonde et son intensité ne faiblira pas durant plus de 2 heures de concert non-stop !

  • May’n ROCKS!

De manière impressionnante, May’n enchaîne les titres au rythme endiablé sans discontinuer. Le sourire ne quitte pas son visage, c’est avec énergie qu’elle nous entraîne dans sa danse ! “M-Revolution” commence d’ailleurs par une petite séance d’entraînement, pour que tous ensemble nous fassions un mouvement de révolution circulaire en chantant “n revolutioooon”. De même, sur “Dolce”, elle agite et invite le public à agiter frénétiquement la serviette-écharpe de la tournée. Du plus pop au plus rock, May’n s’amuse énormément sur “Ready Go!”, en passant par “Shinjitemiru” et “Scarlet Ballet”, et nous livre toute la puissance de sa musique avec “Brain Diver”.

  • Macross Frontier rocks!

La setlist de ses concerts aux États-Unis comportait un grand mélange de ses albums et peu de tie-up Macross Frontier. Alors quelle surprise quant à la setlist française : nous avons droit à ses titres phares de la franchise, en échange de l’exceptionnelle absence de “Kimi shinita mô koto nagare”. Le légendaire “Iteza☆Gogo Kuji Don’t be late”, le magique “Lion”, l’intense “Northern cross”, May’n comble les fans de Sheryl Nome ! Et ça continue avec un insert des films Macross Frontier, “Get it on”, vraiment May’n nous donne tout !! Et nous le lui rendons bien : tandis qu’elle achève le concert par le mythique “Diamond Crevasse”, réorchestré pour démarrer en acoustique, le public chante les lyrics avec elle. Un regard très surpris puis un sourire. Les fans français l’ont étonné de connaître aussi bien sa chanson, et je crois que ça l’a beaucoup touché.

  • MC rocks!

Les seuls moments de pause n’étaient pas moins intenses en émotion. Lorsque May’n s’adresse au public, avec un très bon anglais, c’est pour lui dire tout ce qu’elle souhaite faire passer avec sa tournée RYB. Il arrive que l’on vive de mauvais moments, il faut l’accepter, et avec sa musique elle veut permettre de ne plus y penser et de passer ensemble un véritable bon moment. Tous ensemble, Buin et Buchô.

Car saviez-vous que May’n donne ces surnoms ? Ses fans sont ses “部員” – “buin”, prononcez “bou-i-n” – c’est-à-dire coéquipiers/membres (d’un club par exemple). Et elle-même est “部長” – “buchô”, prononcez “bou-tcho-o” – c’est-à-dire le directeur/président. Sur twitter, elle s’amuse de l’accent de ses fans français qui auraient prononcé “BUTYOU” ^o^

Tweets de May’n, elle me répond aussi
“Let’s enjoy with me⊂( ^ω^)⊃ ”
au compte twitter du fanclub France ^^

Pour ses Buin français, elle a travaillé la setlist jusqu’au dernier moment. Et sa déclaration d’amour au public est cristallisée en la chanson “We Are”, chanson qu’elle n’aurait pu écrire sans vivre les live, chanson qu’elle a écrite parce qu’elle partageait les live avec son public. Pour finir, elle tenait à voir le sourire de tout le public, elle a donc salué chaque personne depuis la scène avec son propre sourire radieux. Et chose très mignonne : le public de lui-même s’agenouillait au fur et à mesure, pour lui permettre de voir les personnes jusqu’au fond de la salle. Tout le monde a été adorable, May’n est vraiment touchante à souhait !

  • Encore rocks!

Dans la rue du Divan du monde,
le jour du concert de May’n

Pas besoin de première partie, un long concert solo non-stop, mais le public en veut encore ! Et nous avons eu cet Encore !! Car c’est sur le rythme effréné de “Chase the world” que le concert se termine véritablement. Nous avons eu le rock de May’n d’un bout à l’autre ! Le public est ravi et le fait entendre, c’est alors que May’n place un doigt sur ses lèvres pour demander le silence. Main dans la main avec ses musiciens, sans micro, elle hurle : “me-lu-shiiiiii !”. Son adorable “Merci” déclenche les ultimes cris de joie du public. May’n, c’est toi que nous remercions !!

La salle : le Divan du Monde

Yokohama arena
Photo ©Meyer Sound

La scène du Divan du monde
Photo ©Le divan du monde

May’n est une super star anisong capable de remplir au Japon le mythique Nippon Budôkan, ou encore dernièrement le Yokohama arena, soit une énorme salle de 8 000 m² pour 17 000 places spacieuses. J’ai vu May’n cet été dans une salle de 13 000 places au coeur de Tôkyô, j’avais vraiment peur de cette micro-salle parisienne au quartier Pigalle pour sa venue en France…

En fait, ça m’a fait très bizarre : la scène était très petite, à peine de quoi placer tous ses musiciens. Au marquage au sol, on voyait bien que May’n devait se placer dans les moments forts au bout de la scène, juste derrière les retours. Sauf que le public était directement à cet endroit, sans aucun espace O_O Le public est les bras en avant, May’n donne un grand kick dans sa première chorégraphie, et sa chaussure cogne les glowsticks OOO_OOO Il n’y a pas eu de débordements, heureusement, le public s’est bien comporté, ouf !

Passé cet effet étrange, c’est incroyable de voir May’n en mode live house. On peut voir la moindre de ses mimiques rigolotes, elle peut nous adresser un clin d’oeil personnel, chaque échange est plus fort et plus humain ! La contre-partie est un grand mal de dos pour la forte contre-plongée permanente, mais l’expérience est exceptionnelle. Avec un meilleur son et un accueil du staff de la salle mieux organisé, ç’aurait été vraiment bien, mais on se contente de ce qu’on a en occident ^^;

Le bonus : le VIP Top-up

“Merci” et autographe de May’n sur le pamphlet de la tournée et sur LIVEALIVE May’n 1st ARTIST BOOK

La démarche est inédite par chez nous : il y avait possibilité d’avoir un VIP Top-up. Ce ticket d’entrée doit être acheté en plus du ticket normal, sachant qu’il coûte plus cher que ce dernier. Le concert commence à 20h, mais dès 18h le VIP Top-up permet d’étouffer une demi-heure dans le micro-hall d’entrée de la salle. Une fois cette épreuve passée, les portes s’ouvrent sur la toute petite salle de spectacle. Le grand public ne pourra entrer qu’à partir de 19h, ce qui permet donc de faire tranquillement ses achats de goodies de la tournée et de se placer aux premiers rangs. C’est parti pour une attente d’1h30 dans cette fosse chaude, qui se tasse de plus en plus à mesure que le public arrive.

L’autre bonus auquel ce VIP Top-up donne accès est une séance de dédicaces de May’n. À peine le concert s’est terminé que May’n apparaît déjà sur le balcon de la salle. Debout et souriante, elle remercie un à un chaque fan qui a droit à une seule signature. La file d’attente passe très rapidement, chaque fan ne restant pas plus d’une minute en étant encadré par des membres du staff japonais.

Je trouve ce VIP Top-up un peu cheap : pas de goodies officiels offerts, pas de photoshoot lors du meet&greet, … Je suis quand même contente de l’avoir pris, ma place en centre premiers rangs était fantastique !

Le cadeau du May’n fanclub France : le fan-poster

Fan-poster May’n fanclub France

Le May’n fanclub France après le concert

Ce concert avait autre chose de magique : l’union des fans français en le May’n fanclub France ! Il y a quelques mois, j’ai monté ce fanclub surtout pour tenir informé les français le plus possible, pour inciter ceux qui aiment May’n même juste un peu à venir la soutenir en concert. Et tout naturellement, l’idée d’un cadeau commun est né, un message collectif sincère et visuel. Chaque fan ayant participé à ce projet de fan-poster a mis beaucoup de coeur et de talent dans son dessin, photo et texte. Rien que de voir fleurir ces magnifiques messages m’a beaucoup émue, je suis très heureuse que May’n ait de tels fans !

C’est donc munie du VIP Top-up que j’ai remis en personne le cadeau à May’n, en lui expliquant qu’il y avait un fanclub rien que pour elle en France, et qu’ensemble nous lui transmettions ce message d’amour. Elle a été très étonnée et a beaucoup aimé ! Juste derrière moi, les membres du fanclub se sont fait faire leur dédicace, chacun portant le badge du May’n fanclub France. Le photographe officiel a aussi été surpris et a pris beaucoup de photos du fan-poster. Sur le web, les fanclub américains et malaisiens ont relayé l’initiative qu’ils qualifient de “wow” et “lovely” !

C’est vraiment un beau moment que nous avons partagé. Aucun de nous ne nous connaissions, chacun vient de part et d’autre de la France, et ensemble nous avons vécu notre passion musicale. J’ai adoré, vraiment ;___; Merci aux membres du fanclub France, vous avez contribué à rendre cette soirée inoubliable !!

L’after : soirée fanclubs France & Japon

Les fans du May’n fanclub France et du fanclub Japon, après le concert et un bon dîner

Message souvenir des fans japonais aux fans français : ils ont passé un très très bon moment en France, ils espèrent revenir et nous invitent à aller nous aussi au Japon !

May’n a ses méga-fans japonais qui ne manquent aucune de ses apparitions. Alors qu’un de ces fans – cherrymint – passait avec un livre d’or avant le concert, je commence à lui parler. Je lui présente le fanclub France, nous discutons de la tournée et notamment du public peu nombreux en Allemagne, il s’étonne de mon wristband a-nation montrant que j’ai été voir May’n jusqu’au Japon. C’est alors que nous nouons une amitié avec le fanclub officiel japonais, les fans japonais me disent qu’ils sont très surpris qu’il y ait de vrais fans en France. Et nous nous promettons un after tous ensemble. Pour l’anecdote, les fans japonais sont entrés en avance avec le VIP Top-up mais, grands princes, sont restés tout au fond de la salle durant le concert.

Nous ressortons donc de ce concert heureux comme jamais. Et la fête continue ! Nous nous retrouvons pour partager la gastronomie française (et le charme du service parisien caricaturalement grotesque) entre français et japonais – il y avait même un croate, avec qui je discutais… en japonais ^o^ Ces fans japonais ont notamment assisté au grand concert “May’n★Go! AROUND!! at Yokohama arena”, qu’ils pensent être le plus amusant. Tu m’étonnes, rien que le Blu-ray est spectaculaire !! D’après eux, le public français cette soirée était surprenant tellement  il était animé et connaisseur. Le fait que l’on connaisse par coeur les paroles de “Diamond Crevasse” les a stupéfié, surtout après la timidité des allemands la veille. Avec une fan japonaise, nous avons eu un frisson en voyant que nous avions le même strap Accel World dégotté au même événement éphémère ! C’était vraiment formidable ce moment entre personnes qui, d’un bout à l’autre de la planète, sont passionnées par les mêmes choses !

“We Are Buin on the Planet!!” nous a écrit un fan japonais, il a bien raison ! May’n rocks!!

Tutorial – Comment bouger un glowstick durant un concert anisong

L’utilisation du glowstick en concert J-pop commence à peine en France, alors qu’il est largement répandu au Japon. Pouvoir suivre la musique tous ensemble en lumière ajoute une magie incroyable à l’expérience ! C’est pourquoi je vous ai conçu ce petit tutorial, établi de manière empirique après avoir assisté à des concerts anisong cet été à Tôkyô. Si vous aimez les artistes que vous allez voir en live, donnez-vous la peine de prendre un bâton lumineux et de suivre ce tutorial ! Pour vous expliquer au mieux, j’ai mis en scène les personnages de mon dernier livre Fraisie, la magie de la pâtisserie ^__^

Note : J’ai préparé ceci pour le May’n fanclub France, donc les exemples illustrant les mouvements sont des titres de May’n, mais toutes les instructions sont valables pour la majorité des chansons anisong.

I – À propos du glowstick

Bien choisir son glowstick

Pour pouvoir émettre une bonne lumière au bout de votre main durant tout un concert, choisissez bien votre glowstick ! Si l’événement propose un glowstick officiel, n’hésitez pas à en prendre, ce peut être un bracelet, un bâton à motif ou un joli uchiwa. Le cas échéant, prévoyez un glowstick qui se prend bien en main, avec une poignée et une dragonne, assez long et surtout bien épais. L’important est d’émettre de la lumière visible de tous ! Le meilleur choix est le glowstick à piles, mais en France il y en a peu en boutique. Au pire, un jouet type épée laser Star Wars ou un stick fluorescent à craquer fera l’affaire de manière éphémère.

Uchiwa lumineux officiel du concert a-nation 2012, à la fois éventail et objet souvenir mais à usage unique pour ce seul événement

Glowstick coeur de “Smile PreCure!”, un petit jouet très mignon mais la diffusion de la lumière dans le coeur se fait très peu

Glowstick à LED, trouvé par miracle en déstockage à Casa en France mais n’est pas de bonne qualité, c’est l’objet qui éclaire le moins de tout ce que je vous montre

Glowstick simple, la quintescence du glowstick japonais, la puissance d’éclairage est très satisfaisante !

Glowstick à mélange de couleurs, l’aspect mélange est très pratique mais au moindre faux-contact c’est tout le glowstick qui perd en puissance

Glowstick à plusieurs couleurs, c’est le meilleur glowstick que j’ai acheté au Japon

La couleur du glowstick

La couleur a aussi son importance ! Certains artistes ont une couleur fétiche et apprécient qu’il soit utilisé par le public, par exemple le rouge pour ALI PROJECT. De manière générale, durant le concert, prévoyez de pouvoir changer entre couleur chaude pour une chanson enflammée, et couleur froide pour une ballade. Au minimum, ayez une couleur orange et une couleur bleue. La solution la plus confortable étant d’avoir un glowstick à couleur modulable, mais encore une fois, j’en ai trouvé aisément au Japon et nullepart en France.

II – Mouvements de base

Le rythme de base : ↗ ☆ ↘ ☆

exemple : premier couplet de “May’n☆Space”

Battre la mesure ne se fait pas juste en faisant semblant de taper la tête de son voisin d’en face. Durant un couplet simple, le mouvement se fait en 4 temps. Glowstick vers le bas, agiter vers l’avant, glowstick vers le haut, agiter. Comme je faisais des concerts d’été de plus de 4 heures, j’économisais mon énergie en pliant le coude. Mais si vous êtes motivés, vous pouvez le faire en dépliant le coude entièrement lors du mouvement vers le haut.

Le refrain : ☆ ☆ ☆

exemple : refrain de “Brain Diver”

Le refrain est un moment intense lors d’une chanson qui donne la pêche. C’est le moment de suivre complètement le rythme de la batterie, aussi rapide soit-il ! Tout simplement, agitez le poignet – ou tout le bras si vous avez de l’énergie à revendre.

La ballade : _ ↗ _ ↗

exemple : “Diamond crevasse”

Lors d’une chanson douce, l’habitude française est de lever les deux bras et de faire un grand au revoir. Oubliez ça ! Levez le glowstick délicatement, en suivant la lenteur du rythme de la ballade.

Tenir la note : _ _ ↗

exemple : fin du refrain de “Chase the world”

De la même manière que lors d’une ballade, levez le glowstick lentement lorsque l’artiste tient la note. Prévoyez l’amplitude de votre mouvement de telle sorte qu’il dure aussi longtemps que la note tenue.

Chorégraphie avec l’artiste

exemple : refrain de “Get Ready”

Lorsque l’artiste fait une chorégraphie purement de bras sur un de ses titres phares, si vous connaissez l’enchaînement, faites-le avec l’artiste ! Si tout le monde y arrive, ça lui fera très plaisir.

III – Mouvements dynamiques

Couplet pré-refrain : ↘ ☆ ☆ ↗彡☆

exemple : 2ème couplet de “Kimi shinita mô koto nakare”

Après un couplet simple, juste avant le refrain, le rythme peut devenir plus soutenu – ce n’est pas le cas de toutes les chansons, connaissez bien la setlist ! Le mouvement se fait en 4 temps : glowstick vers le bas, agiter, agiter, lever le bras complètement vers le haut en criant “Hey !”. Lors du lever de bras, vous pouvez aussi sauter ! Faites juste attention à ne pas tomber sur vos voisins.

Solo de guitare : ↘ ↗彡☆

exemple : introduction de “Northern cross”

Le solo de guitare peut intervenir en début, milieu et fin d’une chanson dynamique. Lors de ces moments non-chantés, l’artiste ne regarde que vous, alors allez-y à fond ! Le mouvement se fait en 2 temps : glowstick vers le bas, lever le bras complètement en criant “Hey !” avec saut. Toutes les chansons n’ont pas forcément ces moments forts, repérez les titres les plus populaires et les plus rock.

Note forte : ↗彡☆

exemple : refrain de “Iteza☆Gogo Kuji Don’t be late” quand May’n dit “Motteke!” et “Tondeke!”

Quand l’artiste lance comme un cri, c’est comme s’il dit au public “Sautez !”. Attendez que l’artiste prononce son cri, et au bout sautez en levant le bras !

IV – En dehors des chansons

Lors des MC : ☜ ☞

Lorsque l’artiste s’adresse au public pour le saluer ou lui poser des questions, ne faites pas les timides. Répondez en agitant le glowstick, cette fois vers les côtés, comme pour dire “Coucou”.

Fin de chaque chanson : ☜ ☞

Vous avez aimé la prestation ? Faites-le savoir dès la fin de la chanson, levez le bras et agitez le glowstick vers les côtés.

À l’annonce de la dernière chanson

L’artiste prend un moment pour faire part de son bonheur, présenter ses musiciens, etc., et annonce que la prochaine chanson sera la dernière. À ce moment, montrez que vous en auriez voulu davantage et que c’est triste d’approcher de la fin ! C’est déjà la dernière ? “Eeeeeeeh ?!” Poussez ce “Eh ?” avec longueur et énergie, en montant l’intonation pour ponctuer l’interrogation. Si le “Eh ?” collectif est suffisamment fort, l’artiste en sera touché.

Appeler un Encore

L’habitude française est de taper des pieds et d’appeler un peu en cacophonie un rappel. Pour bien faire, l’appel se fait en 3 syllabes : “An – ko -ru ! An – ko – ru !”, en prononçant “Encore” avec l’accent japonais. Si vous voulez parler purement français, faites la variante, toujours en 3 syllabes : “En – co – r’une ! En – co – r’une !” Entonnez ces 3 syllabes sans discontinuer, l’Encore arrivera si tout le monde y met du sien !

 

C’est très simple, non ? Cette manière d’agiter un glowstick me paraît être répandue auprès de tous, ce n’est pas du tout du wotagei pour fan hardcore. Bien sûr, un grand fan saura mieux à quel instant il y aura des notes fortes ou des chorégraphies à suivre, mais le néophyte qui découvre l’artiste peut très bien faire ces mouvements de base et s’amuser énormément ! L’essentiel, c’est d’être en harmonie et de passer un bon moment ^_^

May’n WORLD TOUR 2012「ROCK YOUR BEATS」- VIP Top-up, iTunes, #RYT & May’n fanclub France

Beaucoup de bonnes nouvelles concernant May’n depuis la mise en vente des billets pour son concert à Paris :

Pour mieux relayer toutes ces infos au plus tôt et pour réunir les fans, je publie désormais tout sur le
May’n fanclub France – sur facebook et sur twitter.
N’hésitez pas à participer, faisons tout pour être prêt pour la venue de May’n et pour en profiter à 1000% !!

May’n WORLD TOUR 2012「ROCK YOUR BEATS」- bientôt à Paris !

イェーイ!J’ai mon billet pour le concert de May’n !!!!!! うれしいいい!!Je suis trop heureuse qu’une date à Paris ait été ajoutée à cette tournée mondiale. J’avais déjà du mal à croire qu’elle vienne en showcase à Japan expo 2011, je n’en reviens pas qu’en septembre 2012 elle vienne faire un vrai concert en France ! Si vous suivez mon blog, vous savez depuis quatre ans à quel point May’n est une chanteuse fabuleuse pour moi. Mais j’aimerais ne pas être un cas isolé, les Français doivent le savoir et lui faire bon accueil \(^o^)/

La fée galactique prend son envol

May’n est une artiste particulière, elle s’inscrit dans la légende des anime songs en incarnant la voix chantée de Sheryl Nome, la star intergalactique de Macross Frontier. En soit, c’est déjà énormissime sachant la puissance d’une licence Macross, l’importance de la musique dans ses séries et l’aptitude de Yôko Kanno à accompagner jusqu’au sommet de talentueuses chanteuses. May’n enchaîne les albums et tournées grandioses avec danseurs et effets spéciaux. À elle seule, elle remplit le Nippon Budôkan et étend ses tournées solo à l’Asie, sans compter des apparitions en festival jusqu’aux États-Unis. Elle participe à nombre de concerts gigantesques tels qu’Animelo Summer Live ou Animax Musix Fall, où elle fait la clôture devant un public retentissant. Pour moi, ce n’est pas n’importe qui, c’est une chanteuse majeure de la pop culture japonaise, capable de chanter sur de la pop et sur du rock de manière dynamique et émouvante. Sans oublier la plus belle ballade de tous les temps “Diamond crevasse” qu’elle chante divinement !

Je vous recommande vraiment de découvrir ou re-découvrir et soutenir May’n ! Son actualité est toujours dense : son nouvel album “HEAT” vient de paraître fin mars 2012, pendant qu’arrive son single “Chase the world” pour le nouvel anime réalisé par Sunrise : Accel World (qui est très prometteur d’ailleurs !). Un Live & documentary en 3D lui était consacré au cinéma – “May’n the movie – Phonic Nation -”, et bien sûr vous pouvez vous procurer les DVD de ses précédentes tournées pour être prêt pour la tournée “WORLD TOUR 2012「ROCK YOUR BEATS」” ^_~

Participez :

Voir aussi :

Mes précédents articles dédiés :

Discographie :

Continue reading

L’Arc~en~Ciel WORLD TOUR 2012 – le concert à Paris – live report d’une belle évolution

Après le mythique concert “L’7 ~ Trans ASIA via PARIS ~”, il était impossible de manquer le retour de L’Arc~en~Ciel à Paris hier soir, cette fois-ci dans une tournée vraiment mondiale : “20th L’Anniversary L’Arc~en~Ciel WORLD TOUR 2012″. Je ne suis vraiment pas déçue, c’était encore mieux qu’il y a 4 ans !! Car tout le monde a évolué, c’est ce qui m’a le plus plu.

D’abord, ce qui est magique, c’est qu’un concert de L’Arc~en~Ciel est un moment réunissant des fans de tout âge (je suis fan depuis mes 16 ans, j’en ai aujourd’hui 30, il y avait une fan toute petite d’environ 8 ans !). C’est un Zénith de Paris où tout le monde se lève, même dans les gradins, pour danser, chanter, sauter, hurler, dans une ambiance vraiment agréable (même pour une trentenaire je veux dire ^o^) et au rythme de chansons qui donnent la pêche ! C’est un spectacle haut en couleurs avec des écrans géants mis à profit pour créer des décors mais aussi pour donner le rythme, cette année des silhouettes (des squelettes) tapaient des mains et nous entraînaient dans des Olas. C’est une expérience collective où tout est fait pour nous faire entrer en résonance, avec le groupe, avec sa musique, avec les lumières, tous ensemble nous brandissons nos glowsticks sous les projecteurs et sous le jet de rubans dès les premières notes de “SEVENTH HEAVEN” !

En parlant de glowstick, c’est une évolution du public français que j’adore ! Montrer sa passion en lumière, c’est juste génial !! J’ai l’impression que c’est depuis Japan expo 2011 que les glowsticks se sont introduits dans nos mains, on galérait en padawan wota, mais on suivait le rythme et la magie opérait (le concert de May’n était à tomber !!). Maintenant, le glowstick est une habitude (même s’il y aurait pu y en avoir plus, apparemment le stock n’a pas suffi après le concert de Londres). Et le public français connaît beaucoup mieux les titres, j’étais moins prise au dépourvue après avoir vécu “L’7 ~ Trans ASIA via PARIS ~”, après l’avoir revu en DVD, et tant qu’à faire après avoir vu d’autres de leurs concerts en DVD. Bref, on sait quand sauter durant “REVELATION”, on agite les glowsticks à fond durant “Driver’s High”, on enchaîne avec “READY STEADY GO”, oh la la cette setlist est super !!

Pour l’anecdote, on a vu s’afficher en grand “READTY STEDTY”. Mais au moins, ça a été affiché, et en rythme ! Tout effort pour communiquer avec nous, européens, alors qu’ils sont japonais, est mignon même dans ses petites fautes. Je trouve d’ailleurs que Hyde a acquis un super accent français, il fait très bien les ‘R’, chapeau ! Ça fait partie des évolutions notables : la tournée n’est plus japonaise avec un détour par Paris avec une impression d’improvisation comme faire se peut, c’était une vraie halte en France dans les moindres détails. Le groupe semblait plus à l’aise, en musique d’ambiance il y avait “X X X” en version instrumentale et non de la variété aléatoire, la communication télévisée a été massive avec beaucoup d’interviews où les journalistes ont été plus attentifs, la mise en scène du concert intégrait des lyrics en romaji pour que le public occidental puisse chanter, … Parce que “Anata” tous ensemble, même avec ceux qui ne connaissaient pas les paroles par coeur, tous ceux qui voulaient participer, tous ceux qui voulaient chanter avec Hyde, c’est une attention importante !

Enfin, la plus belle évolution que j’ai notée, c’est du côté des fans. Il y a 4 ans, le seul but était d’arriver à voir le groupe tellement c’était inimaginable qu’ils se déplacent, cette fois-ci le but est de montrer au groupe que leur public occidental les aime. Très tôt, une page facebook –  L’Arc~en~Ciel French Street Team - a réuni les fans européens autour d’initiatives telles qu’un fanbook offert au groupe. Et lors de la dernière chanson du concert, nombreux sont ceux qui ont levé les bras avec une bannière indiquant : “WE LOVE YOU L’Arc~en~Ciel”. C’était une belle fin de concert de toutes parts, vraiment magnifique !

(Bonus : ci-dessous, mon live instagraming ^o^)

Ayu – ayumi hamasaki ~POWER of MUSIC~ 2011 LIMITED EDITION – USTREAM Live Broadcast, live report

La dernière représentation de la tournée ~POWER of MUSIC~ a eu lieu aujourd’hui ! Ayu s’est beaucoup donnée pour transmettre de l’espoir après les séismes à Tôhoku. Son amour et son optimisme a touché les 25 000 personnes présentes au Saitama Super Arena, ainsi que les fans du monde entier suivant la retransmission en direct !! Je fais partie de ces derniers, c’est encore toute émue par ce splendide concert que je vous fais mon live report :

Hier, Ayu retweete une information incroyable d’Avex : cet ultime événement sera retransmis pour les japonais sur Ameba Pigg, ainsi que pour les fans internationaux sur USTREAM ! Seulement quelques heures pour se décider, acheter le ticket au prix de 2000¥ (18€), et rejoindre la foule de 300 fans internationaux ^o^ Quelques minutes avant de monter sur scène, Ayu envoie un adorable message : “2 every1 waiting in front of your PCs for our USTREAM broadcast – it’s nearly time! Laugh, cry, sing and dance along with us!!!”

12h, heure française, le show démarre *o* Dans le contexte actuel du Japon, le concert se limite humblement à la scène ronde et le spectacle est plus sobre qu’à l’accoutumée. En contre partie, d’autres choix artistiques ont été pris, notamment l’ajout d’orchestres de cordes et de cuivres ! Nous ne perdons pas au change, au contraire : le spectacle est encore plus humain et mélodieusement riche !! L’ensemble de violons apporte une dimension classique et douce, très émouvante dans la réinterprétation de ballades telles que “Walking proud” et dynamise la réorchestration impressionnante de “M”. Les trompettes renouvellent de manière surprenante et jazzy “Bold and Delicious”. Ce concert amplifie véritablement le POUVOIR de sa MUSIQUE *___*

Outre les titres revisités avec brio, Ayu a interprété tous les titres de son nouveau mini-album FIVE, et cela en compagnie de tous ses amis guests ! Tim Wellard était là pour “BRILLANTE”, Naoya Urata pour “ANother song”, JUNO pour “Why…”, et même Leslie Kee a fait une apparition et pris des photos en live !!

Autres guests : ses fans internationaux ! La vidéo 『Under the same sky』 a été diffusée, avec nos mains et le ciel vu d’Angleterre, de France, d’Espagne, etc. Tout notre amour pour le Japon leur a été envoyé. Le public japonais chantait en même temps qu’en regardant la vidéo, c’était vraiment émouvant ;__;

Le message fort de ce concert se ressent pleinement : HOPE FOR JAPAN. C’est une Ayu en larme qui nous remercie, après nous avoir fait rire, pleurer, chanter et danser avec elle. Je crois que je n’ai jamais été aussi émue à travers un écran ;;;_;;; Merci Ayu, we pray for Japan!!

Japan expo 2011 – souvenirs de festival

Japan expo 2011 a sûrement une programmation impactée par les récentes catastrophes de Tôhoku, mais a réussi à poursuivre son ascension : d’année en année, ce festival est de plus en plus passionnant ! Bien sûr, mon point de vue est absolument subjectif et se fonde complètement sur les fantastiques rencontres et événements avec May’n – voir mon article sur les concerts de May’n ^_~

Plus globalement, une fan de manga, d’anime, de jpop et du Japon comme moi trouve grandement son bonheur. La pétillante Yumiko Igarashi, connue pour avoir créé Candy Candy et Georgie, a dessiné – et maquillé ! – en grand format l’héroïne de son prochain manga Les roses de Joséphine. Nobuteru Yûki, notamment chara designer d’Escaflowne, nous a fait une belle démonstration de peinture, avec un Van Fanel à l’acrylique, tout en répondant aux questions du public.

Outre May’n – voir mon article sur qui est May’n si vous ne la connaissez toujours pas – des artistes J-music de qualité se sont produits sur scène. Mon coup de cœur est pour 1000say au dynamisme résolument communicatif ! C’est avec un groupe sachant si bien transmettre son entrain que je peux dire que vivre un Live est un moment de joie incroyable. Il faut le vivre, c’est incomparable avec une bande son enregistrée !

Sur la scène culturelle, dédiée à la culture traditionnelle japonaise, j’ai beaucoup aimé le concert min’yô de l’Ensemble Sakura. Comme je connais les chansons et danses folkloriques laotiennes et pays avoisinants, c’est intéressant d’en voir de mon pays de cœur, au son de koto, shamisen et taiko ! Un « Village Japon » a le mérite d’avoir son espace, avec même sa propre scène de spectacle et son programme. J’espère que ce village, bien trop petit, va s’agrandir lors des prochaines éditions.

Japan expo/Comic Con Paris ne se limite bien sûr pas à ça. C’est ce que j’ai préféré, et surtout ce que j’ai pu faire sachant qu’une bonne organisation et beaucoup de chance m’ont permis de voir les plus grands artistes J-music et manga que j’aime, mais il ne faut pas oublier des détails. Ce festival s’étend sur des kilomètres, la foule est par endroit si compacte que l’on ne peut avancer, les salles de conférence sont placées à l’extrémité opposée des salles de concerts, le catch et les tournois de jeux vidéos musicaux font un boucan constant, les salles de conférence ne sont pas insonorisées, la climatisation passe de canicule à pôle nord d’un lieu à l’autre, bref il serait éprouvant et impossible de tout faire. Cela dit, je suis allée découvrir les nouveautés de cette année : les défilés de mode des Japan Fashion Days, la finale de l’European Cosplay Gathering, ces spectacles impressionnants tant le Main stage est une belle scène pour les créateurs et créatifs.

Bref, Japan expo 2011, en n’étant pas du tout exhaustive mais centrée sur ce qui m’intéresse, était un superbe événement ! Mention spéciale à la bonne humeur générale, depuis les exposants jusqu’au staff ! (♫ Avec tickeeeet ( ´∇`) et sans tickeeeet (`∇´)/ Avec ticket ( ´∇`) et sans tickeeeet (`∇´)/ ♪)

May’n – Main stage & Live house in Japan expo Paris

Cette année, Japan expo n’a pas nommé d’invité d’honneur J-music, mais dans mon cœur May’n méritait pleinement le titre de super star jpop/ani-song du festival 2011 ! C’est d’ailleurs en totale fan de May’n que j’ai vécu cette édition passionnante !!

Pour la chanteuse, le festival démarre par un mini-showcase au Main stage de Japan expo, la salle de spectacle d’une capacité de 15000 personnes. Pour moi, il a démarré aux aurores dans le train afin d’arriver le plus tôt possible, pour courir au tirage au sort de la séance d’autographes de May’n. C’est heureuse comme tout d’avoir tiré un bon gagnant que je me place tout près de l’avancée de la scène du Main stage. Et la musique démarre sans attendre avec les titres phares « Iteza☆gogo kuji Don’t be late » et « Diamond crevasse » ! Le Main stage n’est pas une salle dédiée aux concerts, aussi tout le monde est assis et presque personne ne lève les bras avec la musique. Mais en grande fan, c’est avec un glowstick que je bas la mesure en rythme avec May’n et ses 4 danseurs ^o^

Ce très court avant-goût du concert qu’elle donnera en fin de festival aura eu le mérite de faire connaître l’artiste auprès d’un large public de curieux. Tout de suite après, elle donne une séance d’autographes où énormément de monde est au rendez-vous. Je suis dans les 3 premiers de la longue file d’attente, et en discutant avec mes voisins et au dire du staff, je me suis rendue compte que beaucoup ne connaissaient pas du tout May’n mais avaient acheté ses albums le jour même ! Je trouve ça formidable que davantage de personnes découvrent son travail, elle le mérite !! Précisons que ni les albums ni les singles de May’n n’étaient vendus au J.E. shop, ce nouveau public a dû fouiller les boutiques de J-music du salon, qui ont été dévalisées dès ce premier jour de festival. Des fans de Macross Frontier étaient également là, pour certains en cosplay de Sheryl Nome.

Séance d’autographes. Je ne sais pas trop quelle importance cela revêt pour les autres personnes qui attendaient, mais pour moi c’était un moment spécial pour lui dire que j’écoute ses chansons depuis des années, et que sa musique m’inspire #^.^# Elle a été adorable et m’a remercié très mignonnement. Je me suis fait dédicacer son dernier album que j’avais acheté en import, pour info vous pouvez vous procurer ses CD et DVD chez cdjapan, ou encore tout récemment sur iTunes !

3 jours plus tard, le dernier jour du festival, le jour où elle donne un showcase d’une heure au J.E. Live house. C’est bien pour elle que je brave tout ce que la jeune femme discrète que je suis ne ferait pas en temps normal : prendre dans les oreilles un concert de Heavy metal au préalable, pour se faufiler dans la fosse serrée comme une sardine. Le résultat est là : je suis dans les premiers rangs devant le centre de la scène ! L’ambiance est très bonne, j’étais entourée de fans japonais, espagnols, je ne sais pas trop quelle autre provenance, c’était vraiment un public international. J’ai toujours voulu manier les glowsticks comme les japonais, et grâce à mes voisins j’ai compris les arcanes de l’art du glowstick : en rythme avec la batterie, en hauteur lors de pointes chantées, en lente remontée lors des ballades. Ça n’a l’air de rien mais c’est super fun de montrer à l’artiste qu’on aime ses chansons avec des lumières !

May’n nous a gratifié d’une setlist très appropriée pour une première venue en Europe : ses principaux titres de Macross Frontier d’une part, ses nouvelles chansons d’autre part. Depuis « Northern cross » en passant par les irrésistibles « Lion » et « Universal bunny », jusqu’à « Scarlet ballet » et « Phonic nation ». Quelques mots en français, d’autres dans un anglais très fluide, et toujours avec un sourire craquant, May’n nous a exprimé ses sentiments très touchants : après avoir chanté dans plusieurs pays, elle a remarqué que tout le monde a en commun le sourire ^__^ Quelque soit le pays et la culture, d’après elle « music can unite the world as one » ! Pour rappel, le nom de sa dernière tournée en date est « UNITE!! »

La chanteuse quitte la scène, et quitte donc son public européen, avec pour derniers mots : « We are all under the same sky ». Après un concert si enthousiasmant et un discours si gentil, nous ne voulons pas la quitter si vite, nous demandons un rappel ! « Encore ! Encore ! » C’est dans une ultime communion que le public (ou du moins, moi et mes voisins ^o^) appelle May’n durant 10 bonnes minutes je crois. Une voix nous somme de quitter la salle qui fermera derrière nous, c’est aussi la fin de ces 4 jours de Japan expo. Du début à la fin, j’aurais eu beaucoup de chance, j’ai pu apprécier la venue d’une de mes chanteuses favorites dans des conditions fantastiques en tant que pure fan. Je suis vraiment heureuse d’avoir vécu si intensément ces grands moments de passion, merci Japan expo, merci May’n d’être venue spécialement en France !

May’n – une voix intergalactique

La diva universelle de Macross Frontier, la super star des grands concerts d’anime songs, la charmante May’n va faire une apparition exceptionnelle en France, cette semaine, durant le festival Japan expo Paris !! C’est une invitée jpop tellement majeure que c’en est étourdissant. Retour sur ces dernières années, pour moi, résolument May’n ☆

En 2008, je tombe complètement en amour pour la voix de May’n, une énergie pure incroyablement maîtrisée, vraiment parfaite à la bouche du personnage Sheryl Nome en tant que star mature et intergalactique. Ainsi propulsée par la franchise Macross et accompagnée du génie créatif de la compositrice Yôko Kanno (et Gabriela Robin aux lyrics), la chanteuse fait des débuts triomphants. Contrairement à Megumi Nakajima, qui prête sa voix au personnage Ranka Lee à la fois au doublage et au chant, May’n se consacre uniquement aux chansons et sort les single “Pink monsoon” et album “Universal bunny” au nom de Sheryl Nome starring May’n. Bien sûr, ce qui restera le plus mythique reste le double single qui l’a révélé dès l’épisode pilote époustouflant de Macross Frontier : “Diamond Crevasse” / “Iteza☆Gogo Kuji Don’t be late”

Fin 2008, à l’issue de la diffusion des 25 épisodes de l’anime Macross Frontier absolument sublime, May’n, Megumi Nakajima et Yôko Kanno en personne se produisent sur scène pour le “Macross F Galaxy Tour”. Ce gigantesque concert re-parcourt la grande quantité de chansons créées pour l’anime, avec leurs interprètes directement dans le rôle de leurs personnages. Bien qu’elles continuent de prêter leur voix à ces personnages dans les films Macross Frontier les deux années suivantes, c’est le moment de véritablement suivre la carrière des chanteuses elle-mêmes.

En 2009, donc, May’n sort son premier mini-album en tant que “May’n”, ni May Nakabayashi, ni Sheryl Nome : “May’n★Street”, aux sonorités bien plus pop gentillette que là où Sheryl Nome allait. J’avoue, je n’ai pas trop accroché à l’époque. Très vite, la collaboration avec Yôko Kanno reprend avec des titres sensuels et endiablés pour les films de Macross Frontier, et en parallèle May’n s’illustre à l’opening de Shangri-la, un anime qui n’aura de fantastique que son chara-design et… son opening !! Paraît alors son 1er album complet “Styles”, une vraie réussite qui scelle mon admiration pour May’n pour toujours *_*

2009 et 2010, elle enchaîne les concerts, entre ses tournées “May’n★Act” et “BIG★WAAAAAVE!!” au Japon et en Asie, et sa participation en tant qu’invitée principale aux gigantesques concerts collectifs d’anime songs, dont “Animelo Summer Live” et “Animax Music”. Elle montre son aisance avec la scène, affirme son style vestimentaire, et rencontre un succès fou avec l’immense public, qu’il soit au Budôkan ou au Saitama Super Arena. C’est aussi l’occasion de l’entendre en duo avec d’autres artistes, et de découvrir sa reprise de titres mémorables comme “Beautiful world” de Rebuild of Evangelion.

2011, elle sort son 2nd album “If you…” et assure sa tournée “UNITE!!”. Et c’est l’année où nous aurons la chance folle de la voir en showcase en France !! *Écoutez ses chansons !* Merci Japan expo pour cette rencontre imminente qui promet !!

Ses showcases à Japan expo Paris :
- Au MAIN STAGE : 30 Juin 2011, 15h30~15h45
- Au J.E.Live House:03 Juillet 2011, 17h00~18h00
Site officiel de May’n

Mes précieux ♪

Ayu – Under the same sky

J’ai envie de vous parler d’une initiative de fans qui m’a beaucoup touchée, j’en suis toute émue rien qu’en y pensant : le projet “Under the same sky” par les fans internationaux d’ayumi hamasaki.

Ayu à Los Angeles

Ayu à Hong Kong

Tout commence sur le compte twitter d’Ayu, montrant des photos de ciel bleu, avec pour message qu’elle avait la sensation d’être unie avec tout le monde en touchant le ciel de sa main. Très affectée par les séismes à Tôhoku, la chanteuse se produit en ce moment avec sa tournée rebaptisée “POWER of MUSIC” et remaniée en moments de communion en toute simplicité. Sans ses habituelles mises en scène pharaonique et sans multiples changements de costumes, Ayu et son staff se produisent en parcourant le Japon avec beaucoup de cœur.

Pendant ce temps, ses fans de tous autres pays réunis sur une page nommée “We want Ayumi Hamasaki WORLD TOUR!!!”, prennent des photos de leur propre main touchant le ciel depuis l’Espagne, les États-Unis, la France, etc. (depuis Nice à ce moment là pour ma part, et ce coquin de beau soleil du sud s’est caché lorsque j’ai envoyé ma photo !) Ces photos ont été réunies en une vidéo offerte à notre Ayu, vous pouvez la voir sur YouTube : 『Under the same sky』

Beaucoup de tweets ont été écrits depuis, pour partager la vidéo, pour envoyer plein d’amour à Ayu, elle-même en pleure d’émotion, et parmi le flot de tweets un fan lui a suggéré d’utiliser la vidéo durant son show, ce à quoi elle s’est montrée enthousiaste ! Aux dernières nouvelles datant d’il y a quelques heures, Ayu demandait à avoir la vidéo pour l’utiliser, et la page de fan a annoncé : “Ok guys, Ayu is using the video for the upcoming concerts!!! Her team already received it. Thank you so much”

Ayu découvre le cadeau de ses fans

Ayu veut utiliser la vidéo

C’est une belle histoire, vous ne trouvez pas ? Je trouve que c’est vraiment beau, tout le monde est si bien intentionné et spontané, on ne peut que ressentir que “A world is one☆”. C’est cela le POUVOIR de la MUSIQUE ♫•*¨*•.¸¸♪♡

Ayu – Rock’n’Roll Circus Tour FINAL ~7days Special~

Je suis fan des concerts d’ayumi hamasaki depuis le concert ARENA TOUR 2005 ~MY STORY~, et depuis j’ai acquis une décennie de concerts d’Ayu en DVD comme des trésors ! Si ce n’est pas votre cas, un DVD de compilation des chansons de ses concerts vient de sortir : A 50 SINGLES ~LIVE SELECTION~ Il permet d’explorer les mises en scène au fil des années, la beauté grandissante des costumes, la voix de moins en moins aiguë d’Ayu, son maquillage de plus en plus présent, etc.

Mais si j’en parle aujourd’hui, c’est pour un coup de projecteur sur le DVD de son dernier concert : Rock’n’Roll Circus Tour FINAL ~7days Special~ est LE meilleur concert qu’elle ait jamais fait, d’une cohérence et d’une émotion passionnante *___*

Là où le concert MY STORY confirmait que j’adorais l’album du même nom, le concert Rock’n’Roll Circus réussit à me faire aimer l’album éponyme que je n’aimais pas. Cette prouesse est due à une maîtrise impressionnante des univers dépeints lors du spectacle. Il ne s’agit plus de tableaux juxtaposés, mais véritablement d’histoires racontées par la danse et par des chansons bien choisies. Avec bien sûr une mise en scène époustouflante et un jeu plus qu’émouvant d’Ayu et ses danseurs !

Le public est d’ailleurs très réactif et hurle à tout rompre au démarrage de Microphone ou Lady Dynamite, créant un enthousiasme qui ne peut que nous envahir derrière notre petit écran ! BALLAD nous est conté tel Roméo et Juliette, aussi magnifique que poignant. Et c’est de toute beauté qu’Ayu nous apparaît en robe de mariée dont la traîne fait toute la largeur de la salle de spectacle, sur le titre où l’acteur jouant son mari est devenu son véritable mari : Virgin Road. L’émotion est à son comble à l’ultime chanson de l’Encore, sur une reprise de “SEVEN DAYS WAR”. Ayu chante en ravalant ses sanglots, ses danseurs versent des larmes tout en souriant, franchement chaque fois je retiens mes larmes ;__; Pour une fois, Ayu ne demandera pas le silence pour son “Arigatô gozaimashita” sans micro, c’est sur la musique tonitruante de cette dernière chanson que le rideau cirquesque descend, nous laissant sur une sensation d’apogée communicative.

Mon rêve depuis des années est de retourner au Japon, et, cette fois, d’aller à un concert d’Ayu. Un Arena tour de préférence, pourquoi pas un Countdown live, même un A-nation m’irait. Figurez-vous que c’était au programme pour 2011 ! Jusqu’à ce que survienne les catastrophes naturelles en mars dernier. J’ai quand même envie d’y aller, je veux être au Japon au moment où il a besoin qu’on lui montre qu’on l’aime. En tout cas, les concerts changent, les dates se décalent, et la musique se met au service de messages d’espoir. Le grand concert d’Avex, où Ayu participera évidemment, se nomme cette année a-nation 10th Anniversary for Life Charge ▶ Go! Weider in Jelly. Mais surtout, la tournée d’Ayu ARENA TOUR 2011 A ~HOTEL Love songs~ se nomme désormais ~POWER of MUSIC~ 2011 A. Une tournée définitivement à ne pas manquer !

 

Collecte de fonds par achats pour le Japon – shopping caritatif pour petites bourses

Si vous n’avez pas de quoi faire des dons, acheter des œuvres d’art, écrire ou dessiner pour le Japon, mais que vous aimeriez vraiment faire quelque chose à votre échelle : les artistes stars et les entreprises japonaises ont prévu des petits produits à shopper pour aider les victimes des catastrophes naturelles au Japon.

Ayumi Hamasaki, La star jpop et voix de l’espoir twittant énormément pour informer ses compatriotes, a co-créé le design d’un adorable T-shirt véhiculant un message bien japonais. Tous les bénéfices sont reversés pour les sinistrés des tremblements de terre.

T-shirt “HOPE”
Hamasaki Ayumi x ViVi Collab Charity T-shirt – ¥1,500 (~13€)
@Boutique Mu-mo d’Avex

Autre superstar de la chanson, Lady Gaga a très vite créé le design d’un bracelet pour le Japon. Les américains ont de suite suivi l’initiative de la star car, en à peine 48h, le bracelet a permis de récolter un quart de million de dollars.

Bracelet “WE PRAY FOR JAPAN”
Lady Gaga Japan Earthquake Relief Wristband – 5$ (~3,5€)
Les frais de port hors États-Unis sont conséquents, alors faites comme moi :
achetez plusieurs bracelets et offrez-en à vos amis sensibles au Japon ^_^
@Lady Gaga Official Store

D’autres produits mode pour le Japon continuent d’être créés. Côté culturel, sociétés de jeux et boutiques font de nombreuses offres.

Sega et Capcom bradent des jeux pour iPhone et versent les recettes à la Croix-Rouge.

Street Fighter IV, Sonic the Hedgehog, Sonic the Hedgehog 2,
Sonic the Hehgehog 4, Sonic Spinball, Football Manager 2011 – 1 à 4$

CDJapan donne 2% de ses bénéfices à la Croix-Rouge japonaise. N’hésitez pas à vous offrir des CD ou des DVD en import, le packaging original japonais est vraiment splendide. Je vous recommande par exemple l’image album de Karigurashi no Arrietty ou le dernier album de Macross Frontier.

@CDJapan.co.jp

J-List donne 5% des commandes également à la Croix-Rouge japonaise. Cette boutique regorge de goodies funs et otaku.

@J-List.com et J-Box.com

N’hésitez pas à agir pour le Japon, quelle que soit la manière que vous choisissez. S’il vous plaît, soutenez le Japon !

Enfin je voudrais citer un article, écrit en France par François Lachaud, que je trouve très juste, très beau, très japonais :

(…) La fragilité, l’impermanence, l’évanescence sont des attributs de la manière japonaise d’apprécier la beauté (…)

L’épicurisme, la douceur de vivre, la politesse côtoient, dans les plus menus détails du vécu quotidien, la conscience tragique de vivre dans un monde fragile, perpétuellement menacé de disparaître. La proximité du désastre et de l’affirmation résolue de la vie attestent chaque jour de cette force qui anime les habitants de l’archipel. Les mots de solidarité, d’entraide, de délicatesse et d’éducation ne m’ont jamais semblé avoir plus de sens qu’en ce pays (…)

Toutes celles et ceux qui ont vécu au Japon, qui y sont demeurés même le temps d’un bref séjour, et qui aiment ce pays savent que c’est dans cette mesure qu’il faut peut-être essayer de trouver la clé d’une attitude devant le réel que nous ne savons pas formuler. (…) Un des mots que tout le monde a envie de prononcer à propos du Japon de demain, d’après-demain, dans les épreuves et dans la reconstruction : “espoir”.

Japan expo 2009 – Bilan de fan de jpop, de CLAMP et de plein d’autres choses

Cette année, j’ai décidé de vivre Japan expo cool, c’est-à-dire uniquement centré sur mes trips du moment ^o^

De grands moments d’émotion sont dûs à la venue de CLAMP. J’ai l’impression que leurs oeuvres m’ont toujours accompagnées, avant le fanzinat, pendant le fanzinat, dans mes débuts professionnels, alors les voir nous parler librement et dessiner littéralement à 4 en étant impressionnées de le faire devant nous était véritablement touchant. Au fait, l’artbook Tribute to CLAMP leur a bien été remis ^_^

La jpop, c’est ce que j’écoute tous les jours. Les concerts de jpop, c’est les petites joies du quotidien concentrées en quelques minutes ! J’ai adoré voir les dynamiques Puffy Amiyumi; dire que mon premier CD d’occaz acheté au Japon était d’elles ^o^ Yui Makino était mélodieuse et trop adorable lorsque les CLAMP lui ont dit de dire, avec sa voix de doubleuse de Sakura : “Shaolan-kun… daisuki !” Et que dire du gigantesque groupe AKB48 lorsqu’on aime les idols, les chorégraphies, la pop mignonne… Du grand bonheur, avec en bonus la chanson “Sakura no hanabiratachi” spécialement en français ^_^

Côté dessins, la qualité des fanzines ne fait que s’accroître, j’ai revu des coupines, et je suis restée en admiration devant la quantité de dédicaces de mangaka qui nous étaient exposés, voire dédiés ! La divine Shiori Teshirogi, mon adorée Arina Tanemura, même la mythique Rumiko Takahashi, la grande Moyoco Anno, et tellement d’autres, mes yeux n’ont plus que leurs sublimes illustrations imprimés sur la rétine *o*

Ne sous-estimons pas mon obsession la plus récente qui soit, celle qui est apparue à la conjonction de plusieurs révélations : j’aime les collections babydoll de la boutique anglaise Topshop, les soldes en France m’ont trop déçues, j’ai regardé le film Kamikaze girls O___O Et là PAF ! Les robes de sweet lolita vendues à Japan expo sont mes trésors !!!! Directement portées surplace, évidemment ^o^ Le stand de la boutique Angelic pretty était à tomber *o*

Mon amour pour les séries de robots a été comblé par des trésors officiels, néanmoins girly, dont les capteurs de la 2nd children d‘Evangelion… portés durant tout le festival, évidemment ^o^ Egalement, très belle exposition de sublimes maquettes pour les 30 ans de Gundam.

Vous vous souvenez de mon récent billet Naruto, jamais trop tard ? Eh bien le premier jour du festival était sous le signe du bandeau de Konoha… et de la chevelure de Naruto, merci Kana pour ces bandeaux en carton tout à fait crédibles en photo avec les silhouettes de l’expo Naruto ^o^ Un de mes grands regrets est d’avoir manqué le Naruto festa, pour sentir l’euphorie des fans de Naruto, mais retard de programmation et train à prendre obligent.

Enfin, même si je courais partout, ma passion pour les medley me menait (presque) tous les 15h m’exploser la voix en chantant 10 min le kumikyoku au stand de la SOS brigade francophone, avec en prime le dimanche le groupe MOSAIC.WAV !

Et voilà, un Japan expo fabuleux pour les fans, en tout cas pour la fan en moi ! Pour le reste, ce n’est pas ce qui me fait tripper, mais ça devient une habitude d’essuyer une tempête à Villepinte et de tomber malade le dernier jour ^o^;;;

Rock~en~ciel

C’était prévu que cette semaine soit spéciale : concert du meilleur groupe de rock français Dionysos déplacé au Zénith de Nantes tellement il y avait de spectateurs, signature de contrat BD, concert japonais de L’arc-en-ciel pour la première fois en Europe au Zénith de Paris, …

Voir Dionysos en concert, c’est être imprégné par l’énergie et la vitalité de ce groupe. Ca danse, ça chante à plein poumons, ça saute sans arrêt sur scène, et cet entrain est furieusement communicatif ! Mathias Malzieu, le chanteur, est impressionnant tellement il saute avec une aisance tout au long de sa prestation, mais aussi son aisance avec son public : il plonge sur la fosse en confiance et parcours tout le Zénith sur le bout des doigts des spectateurs des gradins. On redécouvre les chansons réorchestrées, la composition a encore plus de pêche que sur les albums avec un DJ et des trompettes additionnelles. Bref, des conditions privilégiées pour se plonger dans l’univers des monsters in love et de la mécanique du coeur, avec en surprise “un bonbon rose piquant, au goût de chocolat” : la jolie Olivia Ruiz vient chanter le duo “Tais-toi mon coeur”. On en veut encore, on ne veut plus quitter ce joyeux petit monde, les rappels durent bien, et à la sortie d’un tel grand moment de partage on se dit que Laruku va avoir du mal à faire mieux que Dionysos.

En fait, L’arc-en-ciel, c’est tout simplement incomparable O_O Des moyens de folie pour un spectacle avec 2 écrans géants, un réalisateur capable de prendre des plans qui rendent le film plus beau que la réalité, des flammes, des plumes, … Tout cela dans un décor de bateau, parce qu’il y aurait un bateau portant le nom du groupe, et cet L’7 trans ASIA via PARIS, c’est un peu le voyage d’un bateau dans le monde. Immergés dans un Zénith en canicule de chaleur humaine, le public est d’une jolie mixité : allemands, français, japonais, etc., tous vibrent ensemble dans la bonne humeur pour un même groupe. J’ai bien aimé ce mélange culturel, ça me faisait bien rire qu’on s’applaudissent mutuellement après avoir fait une hola ^o^ Quelque soit la place dans le Zénith de Paris (en excluant les VIP), tout le monde était debout : une fosse géante de 6000 personnes qui “s’unissent par delà les frontières” ^_^ Laruku arrive sur scène et c’est la folie, un mélange de nostalgie avec des vieux titres (Winter fall, Driver’s high), des génériques d’anime (Ready steady go, Link, Daybreak’s bell), des titres de leur nouvel album Kiss (Seventh heaven, Pretty girl, My heart draws a dream) ainsi que leur nouveau single actuellement très bien classé à l’oricon (Drink it down). Un titre où chaque membre du groupe chantait tour à tour, des dialogues dans un français incertain mais l’effort est adorable, une envie de partage flagrante, une ambiance rythmée par les “SAUTEEEEEEZ” de Hyde, ce dernier étant descendu de scène pour s’approcher des fans. Je crois que tout le monde était heureux et s’est éclaté comme jamais *o*

Véritablement une expérience collective inoubliable…